SIMPLICITE / NATUREL,  SPIRITUALITE

À jeun !

Chère Harmonie,

Il y a un certain nombre de mystères pour moi dans la langue française. À jeun qui se dit Agen comme les pruneaux d’Agen, c’est incompréhensible enfin peu importe… Je digresse déjà avant même de commencer. Je te parlais de mon envie de tester le jeûne (Pas le gamin de moins de 20 ans, non, non… Je ne suis pas intéressé par les jeunes, dis donc je suis pleine d’humour aujourd’hui, ça va être long cette lettre, je le sens…) dans ma précédente lettre.

Attention : tout ce que je dis ici n’est qu’un témoignage, il ne faut pas prendre mes indications comme une vérité, faire un jeûne doit être pris au sérieux et je vous invite à vous tourner vers des professionnels si vous comptez vous lancer !

Un jeûn à la maison en confinement

Donc je me suis lancée fin avril en plein pendant le confinement, (il m’en a fait faire des choses (ou rien) ce confinement comme je vous le disais ici) avec Anne-Flore Laurec. Anne-Flore est une vraie professionnelle, mais en plus, elle est adorable. Ce parcours du jeûne à commencer par pas mal de question échangée par MP avant ma réservation. Il y avait aussi un questionnaire à remplir au moment du paiement. On a continué avec un entretien téléphonique de 45 min avec Anne-Flore durant lequel elle m’a expliquée le déroulé du jeûne et les adaptations pour moi. 

En effet, ma problématique personnelle résidait dans mon poids. Pour vous la faire courte (quoi que c’est pas bien long à expliquer, mais je pense que je serais capable de faire long quand même), mon IMC est à la limite de ce qui est considéré comme de la maigreur.

Cet indice de masse corporelle n’est pas vraiment une référence pour moi. En effet, j’ai été considérée en maigreur jusqu’à mes 20 ans et pour autant, je peux vous assurer que si je suis fine, je suis loin de faire pitié (comme on dit souvent, même si, ce genre d’expression, ça me gonfle, vous savez les « vaut mieux faire envie que pitié », mais ta gueule !). Mais je comprends que pour Anne-Flore, il faut bien prendre une référence et qu’il est vrai que quand on a pas beaucoup de réserve, forcément le jeûne peut être contre-indiqué (pour des raisons évidentes) ou du moins ne peut pas durer très longtemps. 

Je partais donc avec un « régime » spécifique pour ne pas trop descendre en poids. Pour vous donner une idée, il me fallait éviter de perdre plus de 2 kg (spoiler, j’ai perdu plus, mais ça ne me posait aucun problème, d’ailleurs, j’ai tout repris en 3 semaines sans souci). Revenons-en au déroulé du jeûne en lui-même et à ses étapes dont je vais vous faire la liste pour éviter de me perdre en racontage de vie. 

Le déroulé du jeûne selon Anne-Flore @powerfullbelly

  • Descente alimentaire pendant 5 jours : 
    • 1er jour : arrêt de la viande, produit laitiers, sucre raffiné, tout produit transformé et excitant
    • 3e jour : arrêt du poisson et des œufs 
    • 5e jour : arrêt des céréales, légumineuses et féculents
    • Dernier soir : repas léger avec uniquement fruits, légumes et oléagineux
  • Pendant le jeûne : 
    • Chaque jour : 
      • 1 jus de 10 cl légumes le matin au réveil (Pour moi c’était 3 jus de 10 cl par jour et 2 cuillères de miel : on reste en jeûne, jusqu’à 450 kcal si j’ai bien compris.)
      • Bouillon et tisane à volonté (boire au mois 2 L par jour)
      • Yoga doux ou marche lente
      • Bouillotte chaude sur le foie
  • Le 1er jour, le corps se sert des réserves en sucre qui circule dans le corps :
    • On a fait un purge pendant la journée pour éliminer le reste de nourriture dans les intestins qui pourraient fermenter et causer des douleurs pendant le jeûne
    • On peut commencer à ressentir les effets de la détox avec des fourmillements dans les membres par exemple.
  • Le 2e et 3e jour, le corps commence à manquer et va devoir trouver un autre moyen de se nourrir, il doit alors extraire du sucre des graisses (les corps cétoniques) :
    • Il se passe alors une crise de cétose où on peut se sentir très mal, fatiguée avant d’avoir un regain d’énergie ou ne pas le sentir du tout,
    • La détoxication continue et des douleurs peuvent apparaître dans différentes parties du corps
  • Les jours suivants sont généralement plus faciles (ou pas) comme la détox se poursuit, des douleurs peuvent perdurer dans différentes zones du corps, mais en général l’énergie revient et une sensation de bien-être se développe, les couleurs, les odeurs, les sons sont plus vifs !
  • Durant tout le jeûne, le foie travaille activement et la langue peut être pâteuse/blanches, les urines foncées et nombreuses et la transpiration peut être importante (le corps élimine selon la voie qu’il choisit.). 
  • Après le jeûne, la remontée alimentaire : 
    • On reprend l’alimentation le soir du 5e jour (ou plus si on se sent de continuer) avec un repas composé uniquement de fruit et légume (sans assaisonnement) et en petite quantité. 
    • Les jours suivants, on suit la descente alimentaire à l’inverse en réintroduisant petit à petit les différents aliments d’un jour à l’autre, ne rajouter de sel que le dernier jour de la remontée
  • Pour profiter des effets du jeûne plus longtemps, on peut doubler la durée de remontée alimentaire. 

Mon expérience

Le jeûne a commencé pour moi, psychiquement du moins, quelques jours avant la descente alimentaire. J’ai eu très peur de ne pas y arriver, car j’ai eu beaucoup plus faim que d’habitude. Je crois que je n’ai jamais autant mangé que durant les 4 jours avant le début. J’avais très peur de ne pas être capable, d’avoir vu trop gros pour mes capacités. Ce n’est pas tant au niveau de mon corps que je craignais, étonnamment, ça, j’étais sûre qu’il en était capable. C’est surtout ma volonté qui me faisait peur.

Je me disais que je tiendrais jamais. Je pensais que je serais trop faible face à la nourriture, car comme pour beaucoup de gens, l’alimentation est un tampon émotionnel pour moi. Et puis comme mon chéri continuerait à manger, je me disais que ça serait trop tentent. Alors pour me préparer au mieux, j’ai planifié mes repas de descente alimentaire. J’ai aussi plus ou moins préparé les repas de mon chéri pour qu’il ne passe pas trop de temps en cuisine. J’avais peur que ça me gêne. 

La descente alimentaire

Pendant les quatre premiers jours de descente alimentaire, ça a été simple pour moi. En effet, je suis végétarienne à tendance végétalienne alors ça ne changeait pas grand chose pour moi. Le sucre était un peu plus dur, mais j’ai mangé plus de fruits et ça a été. Par contre, j’ai continué à manger beaucoup plus et beaucoup plus souvent qu’en général. Mes règles ont eu l’air de débarquer 10 jours en avances, car j’ai commencé à avoir du spotting, le 3e jour de descente alimentaire. A priori, le déclenchement des règles arrive souvent pendant un jeûne, je n’étais donc pas particulièrement surprise.

Pour le dernier jour, il a fallu que je prévoie bien mon repas, car c’était plus difficile, mais étonnamment en ce dernier jour, je n’avais déjà quasiment plus faim. J’ai très peu mangé ce jour-là comme si je m’étais déjà mis sur le mode « jeûne ». 

Le jeûne en lui-même

Le premier jour

Le premier jour du jeûne, à proprement dit, je me suis réveillée sans souci au bout de 12 h depuis le dernier repas. En même temps, je pratique déjà la plupart du temps le jeûne intermittent donc ça ne changeait pas grand chose pour moi. Ce qui a été dur, c’est la purge.

La purge

Je devais boire 20 g de sel de nigari dans 200 ml d’eau et 100 ml de jus de citron en 30 min. J’avalai une gorgée toutes les deux minutes, car je ne pouvais pas plus, j’étais à deux doigts de vomir. Je ne vous conseille pas, c’est vraiment dégueulasse ! La prochaine fois, je ferais autrement (oups, spoiler). Boire cette mixture m’a fait transpirer à grosse goutte. 

Anne-Flore conseillait de faire du Yoga purgatif pour aider l’élimination. Ça a duré 40 min, puis ensuite, je suis encore retourné 3 fois aux toilettes dans les 2 h qui ont suivi et c’était fini pour moi. J’avais peur que ce soit douloureux, mais pas du tout, ça « coulait » tout seul en fait, ça fait vraiment chasse d’eau. J’ai juste dû attendre que ça s’écoule. Ça a duré 40 min, puis ensuite, je suis encore retourné 3 fois aux toilettes dans les 2 h qui ont suivi et c’était fini pour moi. Et là, c’est une sensation très agréable de vide et de paix dans le ventre, un calme ! C’était vraiment agréable, je ne sais pas comment le décrire, mais je conseille d’essayer la purge qu’elle soit mécanique ou par ingestion !

La visio

On avait ensuite une visio entre toutes les femmes du groupe de ce jeûne. On pouvait ainsi se rencontrer et savoir avec qui on échangeait sur un groupe Whatsapp depuis 5 jours. Ce groupe nous permettait de partager nos expériences et questionnements si on le souhaitait. Jeûner en groupe même si on est chacun chez soi ça permet vraiment de se sentir moins seule et ça rassure de pouvoir échanger sur les symptômes que l’on ressent et nos difficultés.

Les premiers effets

Au cours de cette première journée, j’étais, de mon côté, en très bonne forme. J’ai fait le ménage, étendu et plier du linge, fait une bonne séance de yoga. Je n’ai pas du tout ressenti la faim de la journée même lorsque mon mari se préparait ses repas et mangeait à côté de moi. J’étais surprise que cela soit aussi simple.

Par contre, j’avais très soif et je transpirais beaucoup. J’ai dû boire 4 L tout confondus (tisane, eau, jus et bouillon). Ma transpiration avait une odeur très forte, je me suis douchée plusieurs fois, car je ne pouvais plus me sentir. Ma langue est devenue totalement pâteuse et blanche, j’ai raclé avec mon gratte-langue des quantités de dépôts blancs tout au long du jeûne et de la remontée alimentaire. Il est clair que la détox a commencé direct pour moi en fanfare. Pour aider le travail du foie, je m’appliquais une bouillotte chaude dessus dès que je le pouvais et j’ai fait cela tout au long du jeûne. Dans la soirée et puis la nuit, je n’ai eu pas de fourmillements dans les jambes, des frissons et des suées. Rien d’insupportable, mais le nettoyage était bien en cours.

Le deuxième jour

Le deuxième jour fut le plus dur pour moi, mais c’est relatif, c’était très loin d’être horrible. Au réveil, je me sentais bien et du coup, j’ai voulu faire comme d’habitude, mais mon corps m’a vite rappelé à l’ordre. J’ai eu une bonne chute de tension, j’ai dû rester assise une demi-heure avant de pouvoir me lever à nouveau. Dès que je faisais un mouvement trop rapide, j’avais des vertiges et ça a duré toute la matinée jusqu’à ce que je prenne le pli de faire doucement.

C’était à priori la crise de cétose ! Quand le corps n’a plus de sucres disponibles dans le corps et doit apprendre à piocher dans le gras pour faire des corps cétoniques. En général, c’est plutôt au bout de 48 à 72 h. Il semble que ça a été plus tôt pour moi sans doute, car j’ai peu de réserves. À partir de là, on passe en détox ++. Durant cette deuxième journée, j’avais toujours très soif, mais toujours aucune faim. Mais j’ai commencé à avoir des envies de gras et de sel, bien que rien qui ne soit insurmontable, loin de là. Je me suis pesée dans la matinée et j’avais déjà perdu quasiment 1 kg.

En milieu d’après-midi, j’ai retrouvé beaucoup d’énergies et j’ai même fait 30 min de yoga tranquillement. Par contre, le spotting de règle dont la quantité augmentait lentement depuis 4 jours, c’est complètement stoppé ce jour-là. Le soir, j’ai eu de nouveau un petit coup de fatigue. J’ai commencé à avoir mal à l’utérus (comme un début de règles, sauf qu’elle s’était arrêtée), alors est-ce que ça détoxifiait à ce niveau où c’était mon corps qui ne savait pas trop s’il devait déclencher les lunes ou pas à ce moment-là ? Aucune idée. Par contre en fin de journée, boire autre chose que de l’eau a commencé à être difficile pour moi et j’ai bu mon dernier jus de la journée avec beaucoup de difficulté. La nuit s’est de nouveau bien passée, mais j’ai encore sué énormément cette nuit-là. 

Les autres jours

Le 3e/4e et 5e jour, il n’y a pas eu d’événements majeurs. J’avais appris à faire doucement à chaque fois que je bougeais. On a pu se promener, j’ai pu faire du yoga un peu plus longtemps chaque jour, faire du ménage comme d’habitude… J’étais pleine de motivation pour réfléchir à nos projets d’avenir. Franchement, c’était nickel, j’étais même plus efficace qu’en tant normal, j’avais besoin de moins dormir. Je continuais à transpirer beaucoup. J’avais juste ses douleurs dans l’utérus. Par contre, je n’avais vraiment plus envie de rien d’autre que d’eau. C’était difficile d’avaler mes jus et les bouillons et tisanes ne me donnaient plus du tout envie. 

Le lundi, le spotting a repris jusqu’à la reprise alimentaire. À la fin du jeûne, le mardi fin de journée, j’avais perdu 4 kg environ. Je ne me sentais pas affaibli du tout. Anne-Flore me suivait de près sur ça. Je la sentais un peu sur la réserve, mais tant que je lui disais que ça allait bien, elle m’a suivie. 

La remontée alimentaire

La visio et la déception

Juste avant notre dernier repas, nous avons fait une visio débrief. J’ai eu un petit coup de déception en écoutant le témoignage des autres jeûneuses. Ils étaient passionnants et en comparaison, j’étais dépitée de voir que j’avais eu au final très peu d’effet. En fait, je m’étais imaginée pleins de chose. Je m’étais préparée à en chier. Je pensais que ça allait me chercher dans mes retranchements, que ça allait nettoyer mon corps en profondeur. J’étais persuadée que ce jeûne allait me permettre de lâcher au niveau émotionnel. Or pas du tout, j’ai trouvé que c’était tellement facile que j’en étais frustrée sur le coup. 

Je n’avais pas eu de grande douleur. Pas de larmes, ni d’émotions particulières. Justement, je m’étais interdit de poser des « objectifs » à ce jeûne pour ne pas justement être déçue, mais ça arrivait quand même. Évidemment, je n’ai rien dit de tout cela. Justement, je m’étais interdit de poser des « objectifs » à ce jeûne pour ne pas justement être déçue, mais ça arrivait quand même. 

La reprise alimentaire

Après cette visio, il était temps de recommencer à manger et j’avoue qu’au final, je n’en avais pas tellement envie. Je me sentais très bien et j’aurais pu continuer, mais je me suis raisonnée. Pour une première fois et vu ma perte de poids, c’était déjà super. Le premier repas de la remontée alimentaire consistait en des fruits et des légumes sans aucun assaisonnement à part de l’huile. Les jours suivant, c’était l’inverse de la descente. On peut réintroduire petit à petit les différentes catégories d’aliments avec une vigilance sur les conservateurs et donc tous les produits transformées et l’ail, les oignons et le sel à réserver pour la fin de la remontée alimentaire. Ce premier repas était délicieux bien que vraiment simple. Il a été le signal à mon corps pour déclencher vraiment mes lunes dans la nuit. J’ai eu des lunes plutôt douloureuses par rapport à d’habitude. 

Des intolérances alimentaires ?

Durant la remontée alimentaire, il y a certains aliments pour lesquels j’ai ressenti une sorte d’appréhension à les réintroduire. C’est le cas des céréales et des légumineuses. J’ai donc repoussé un peu. Quand j’ai enfin mangé des céréales raffinées et certaines légumineuses, ma digestion a été affreusement compliquée. Je ressens depuis plusieurs mois voir années des douleurs intestinales plus ou moins fréquente. Jusqu’il y a peu, je n’y prenais pas vraiment garde. Ce jeûne m’a donné une autre vision sur cela, je vous en parle dans 15 jours.

Et depuis ?

Depuis, j’ai pu observer bon nombre d’effets que le jeûne a eu sur moi. Ma déception en fin de jeûne n’est plus. Les effets physiques ont été un peu décalé ainsi que les prises de conscience, mais elles sont arrivées. Je vais vous en parler dans le prochain article. 

Ce que je peux d’ores et déjà vous dire, c’est : faites confiance à votre corps ! Il a toutes les capacités en lui pour se nettoyer, se régénérer lui-même… Son potentiel est incroyable ! 

Merci Anne-Flore de m’avoir permis de faire cette incroyable expérience ! Dites-moi ce que mon témoignage vous évoque, qu’est ce que vous attendriez d’une telle aventure de reconnexion avec votre corps ? 

Ellega

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.