BIENVEILLANCE,  EQUILIBRE / EQUITE,  ETHIQUE / PARTAGE,  SIMPLICITE / NATUREL

Les injonctions faites aux femmes ou le culte du « bikini body » ?

Chère Harmonie,

Comme tu as pu le constater, je tourne beaucoup autour des sujets plutôt féministes. Comme la réappropriation de son corps en ce moment. Ce sont des choses qui m’interrogent beaucoup depuis quelques années. Même si je ne vais faire qu’enfoncer des portes ouvertes, je pense que plusieurs béliers (je ne fais pas référence à mon signe astro ^^) ne sont pas de trop pour les empêcher de se refermer dès qu’on tourne le dos.

Je m’excuse d’avance de ne pas avoir réussi à exprimer comme je le voulais mon point de vue, mais après plusieurs réécritures de cette lettre, je crois, Harmonie, qu’il faut vraiment que j’apprenne à lâcher prise.

Je t’ai déjà dit que mon rapport au corps était assez problématique. Si dans ce premier article, j’évoquais d’une manière générale notre organisme et ses capacités et les croyances que l’on crée autour de lui. Je voudrais aborder ici plus particulièrement celui des femmes et de l’apparence. En effet, l’anatomie féminine est d’autant plus adulée qu’elle est critiquée dans notre monde. Cette enveloppe charnelle est souvent présentée comme un objet, un bien consommable dans notre société : femme-objet-direct ou femme-objet-indirect.

Oui, oui, pour vendre n’importe quel produit, les publicitaires se sentent obligés de mettre une femme nue ou presque à côté. Et encore, si cette femme était au moins une « vraie » femme avec un corps « normal » avec ses imperfections. Mais non, en plus, il faut « gommer » tout ce qui fait de nous des êtres humains à savoir nos différences. Il n’y a plus des corps de femme mais un corps de femme, un corps normé : jeune, fin, musclé, avec des formes mais pas trop, des traits symétriques, des grands et des longs cils, des ongles manucurés et j’en passe… 

La femme-objet est une véritable institution et on a bien souvent accepté d’entrer (de gré ou de force) dans ce moule. Les injections faites aux femmes sur leur image sont légions.La première étant, « il faut souffrir pour être belle », mais qui a dit qu’on devait être belle déjà ? Tant et si bien que cela nous paraît normal et qu’on n’imagine même pas qu’on puisse faire autrement. En tant que femme, nous entretenons même ce système souvent davantage que les hommes avec nos remarques assassines et nos regards de travers (je pense que je reviendrai d’ailleurs sur ce sujet épineux une autre fois.).

Petite précision : je parle souvent de société comme si je nous victimise ou nous déresponsabilise, mais ce n’est pas le cas, on a une part de responsabilité, mais ce n’est pas parce qu’on est responsable qu’on est coupable…

Qui n’a pas voulu et du coup essayé de ressembler à l’actrice sur-maquillée du dernier block-buster américain ? Certainement pas moi. J’ai durant de nombreuses années – durant mon adolescence surtout, mais aussi ensuite -accordé une grande importance à ce que l’on pouvait penser de moi. Je voulais m’habiller avec les dernières fringues à la mode, porter des chaussures de marque, j’essayais de me maquiller pour me rendre plus belle, mais plus belle que quoi ? (Vaste question, plus belle que les autres sûrement, mais c’est qui les autres et pourquoi ? Parce que dans mon inconscient, je devais être belle pour qu’on m’apprécie tout simplement…) Et qu’est ce que ça voulait dire être belle ? Ressembler à ce corps normé me semblait être la seule forme de beauté possible. A force de diktat et d’injonction, on est passé des beautés à la beauté.

A défaut d’avoir la morphologie que j’espérais, je voulais me concentrer sur mon intellect. Pourtant, je voulais qu’on me trouve belle, à tout prix, ou au moins que personne ne me fasse de remarque sur mon apparence. Personne ne m’a pourtant jamais dit, je crois, que je devais être belle, ni même que j’étais moche (du moins pas directement, on est toujours le beau ou le moche de quelqu’un). Mais il en restait pas moins vrai que je me trouvais laide en comparaison des corps que je voyais. Et, il y a une espèce de spectre qui plane au-dessus de nous en scandant « sois belle et tais-toi ». Spectre qu’on retrouve notamment dans les blagues ou à la télévision avec une très belle femme en guise de potiche pour faire monter l’audience. Mais il y a aussi les phrases de l’entourage qui confirme cette idée : « tu devrais mettre des robes, tu serais plus jolie », ou « si tu te coiffais, tu serais plus féminine » et j’en passe… Ces phrases dites pourtant avec amour et sans arrière pensée, des stéréotypes si latents qu’on ne s’en rend même pas compte. 

Est-ce bien normal de rentrer le ventre et lisser la peau de cette manière ?

Et c’est de cette manière qu’on rentre petit à petit dans la dictature du « bikini body ». Doucement, sans y prendre vraiment garde. On chasse le moindre poil récalcitrant, on traque la cellulite, on camoufle la moindre imperfection, on met des décolletés pigeonnants pour gagner un bonnet, on rentre le ventre, on met des vêtements amples pour cacher ses rondeurs et que sais-je encore. On se lamente devant sa masse graisseuse et on complexe dès qu’on mange un gâteau. Certaines finissent même par avoir recours à de la chirurgie, qui devient chaque année plus banale et renforce à mon sens le malaise ambiant.

Pour ressembler toujours plus aux corps retouchés véhiculés par les médias. Face à ses « fausses femmes », on ne peut avoir une bonne image de son physique. Il est impossible pourtant d’avoir une telle morphologie, mais on ne nous le dit pas. À force de voir ses chairs transformées, lissées, symétrisées (Si ! Ce mot existe dans mon vocabulaire personnel), on ne peut que se trouver difforme. C’est de cette manière que finalement on trouve ça normal et nous, anormaux.

Il est prouvé que les personnes pratiquant le naturisme ont plus confiance en eux et on moins de complexe. Étrange, non ? Tout simplement parce qu’on se compare à ce qu’on voit. Or, dans notre société pudique où les seuls corps dénudés qu’on voit sont ceux des médias retouchés, chirurgiqués (oui, ça existe rooo !) et botoxés, on ne peut que se comparer à ses corps-là. Tandis que des personnes qui côtoient des vraies personnes dans leur plus simple appareil se rendent compte que le leur est on ne peut plus normal et beau devant tant de diversité. Notre vérité est donc totalement biaisé.

Chaque instant, on se sent donc jugé, comparé et on se compare soi-même sans cesse. Ce qui est sans doute le pire.

Alors comment faire pour ne pas se laisser ou ne pas continuer à se sentir limitée et contrainte par ces injonctions plus ou moins bien dissimulées ? Le premier pas à mon sens est de réaliser quelles sont ces injonctions et à les remettre en perspective pour se rendre compte si oui ou non nous avons envie de nous y conformer. Et surtout d’essayer de regarder son enveloppe telle qu’elle est vraiment et non avec les artifices de notre monde. Qu’en penses-tu ?

J’ai quelques pistes (deux surtout, tu devines de quoi je parle ?) que j’ai moi-même suivi comme je l’évoquais déjà dans mon rapport au corps. Cette fois, je voulais souligner qu’au-delà de l’aspect physique pur, il y a aussi l’aspect sociétal. Ce point qu’on pourrait qualifié de moral vient avec les images véhiculées et les phrases toutes faites qui font pression sur les femmes (mais pas seulement bien sûr, la pression sur les hommes est simplement moins forte jusqu’ici.) et qui joue un rôle essentiel et malsain pour notre rapport au véhicule de notre âme.

Ellega

 

PS : J’ai assisté à un colloque avec Eni Laup 🙂 sous le nom « le corps des femmes, de la norme à la résistance » (cf photo) à Strasbourg ce jeudi et même si cet article était prêt depuis un moment, cette journée m’a permis de remettre tout cela en perspective et de l’agrémenter par le choix de terme plus approprié.

4 commentaires

  • Iléana

    Super article !

    Les petites phrases de la famille, notamment à propos des robes, ont bien fait écho en moi ! Le « il faut souffrir pour être belle », aussi… Et j’en veux pour preuve que ça commence avec les bébés ! Je suis à la recherche de gilets chauds pour Maïlyne… Eh bien ! Les seuls que je trouve sont connotés « garçon ». Pour les modèles un peu plus colorés, soit la laine est toute fine, soit le gilet s’attache avec un seul bouton au niveau du col… Bref, « gèle-toi tout l’hiver, ma fille ! Mais c’est pas grave, tu ressembles à une vraie petite fille ! ». J’ai l’impression que c’est le message sous-jacent dans les vêtements bébés…

    Pour le côté « les hommes sont moins touchés », je ne suis pas d’accord. Depuis quelques années, ils en prennent plein la tronche avec les pubs (notamment les parfums), et ça monte crescendo avec les livres érotiques (que l’on voit de plus en plus) et leurs couvertures aux torses « parfaits »… C’est un combat de tous les jours et pour tous les genres.

    • Ellega

      Oh oui, pour les bébés et les enfants en général, les vêtements sont extrêmement genrés, c’en est alarmant ! Sans compter les gens qui pensent que ce sont des garçons si l’enfant n’est pas habillé en rose et n’a pas une couette :/
      Concernant les hommes, je pense quand même qu’il y a beaucoup moins d’injonctions purement physique qui pèsent sur eux, ce qui ne veut évidemment pas dire qu’il y en a pas. Bien au contraire, il y en a également et je partage le constat que ça s’amplifie d’années en années. C’est d’ailleurs, pourquoi je dis qu’ils sont moins touchés, ces injonctions ne durent pas depuis des décennies d’une façon aussi visible que celles en direction des femmes. Mais en effet, il reste quand même l’injonction de la virilité à tout prix avec tout ce qu’on associe à ce terme et donc les brimades sur les hommes qu’on qualifie d’efféminée. Celle-ci perdure depuis l’aube des temps sûrement. Bref, il faut que je me relise pour nuancer mes propos si je n’étais pas claire ! D’ailleurs, je ne crois pas que je le suis ici. Je pense que les injonctions sur leur corps en tant que tel ont été bien moins virulentes que celle sur le corps des femmes, ce n’est pas inscrit (encore mais j’espère jamais) dans l’inconscient collectif en fait, ce qui n’est pas le cas par rapport à leur rôle d’homme « fort » qui elle existe particulièrement, mais ne s’apparente pas à un seul standard normé car il y a pleins de manière d’être fort et viril alors que être belle, dans l’inconscient des femmes, c’est bien être jeune, mince, avec des courbes mais pas trop… ect.

  • Eni Luap

    Ah la femme objet ! Surtout en cette période de Noël c’est une catastrophe. Si on s’amuse à regarder une page de pub de 15 minutes (bon en fait c’est pas amusant c’est affligeant) ont peut noter le nombre de pub dans lesquelles une femme est plus montrée que le produit (Charlize Theron, je t’adore mais pas dans les pubs D*or). De même (et je sors un peu du sujet) on peut également compter le nombre de pub où une personne de couleur (autre que blanc j’entends) est le principal personnage. En général c’est une pub sur 7 (statistiques perso) et la plus part du temps une femme. Tout ça pour dire que l’on nous vend davantage « le présentoir » que l’objet en lui même (désolée pour cette comparaison dégradante mais je trouve qu’elle image bien la situation).

    Et la phrase « on ne m’a jamais dit que j’étais moche » m’a fait sourire. Tu as de « la chance ». Moi je l’ai déjà entendu, plusieurs fois, parfois même c’est devenu mon surnom. Du coup tu te mets à penser comme eux devant le miroir. Pareil pour ton rapport au corps. Bizarrement, ton poids les embêtes plus que toi et ils se permettent de juger sans connaître (merci également aux médecins qui m’ont fait passer des soirées merveilleuses après une consultation dans leur cabinet…). Heureusement certaines arrivent à prendre du recul avec tout ça et arrivent à se plaire à elle-même avant de plaire aux autres. Et ça c’est primordial pour moi.

    Sinon je voudrais terminer avec une phrase que j’ai retenue du colloque :
    « Il y a une différence entre le corps que l’on a et le corps que l’on est »

    Eni Luap

    • Ellega

      La publicité est un véritable fléau ! C’est très triste !
      Concernant le moche, je parlais dans un contexte familial et amical, après il y a bien sûr des injures et j’en passe au collègue et au lycée, mais j’ai toujours pensé que les gens qui disaient ça se sentaient encore plus mal dans leur peau que moi alors je n’y accordais pas d’attention. Ce qui est sûre, c’est que oui, j’ai eu de la chance par rapport à ce qu’on entends sur le harcèlement scolaire 🙁 Et il faut une vrai force pour prendre du recul avec cela et nous sommes toutes (et tous) des warriors d’y parvenir, chacune (et chacun) à notre rythme et de notre façon !
      Oui, les jugements et remarques (et encore plus quand ils viennent de personnes avec une autorité comme des médecins (quand on pense à la légitimité qu’on leur donne)) sont affreuses et finissent par paraître normales et justifiées car on s’y identifie malgré nous !
      Cette phrase que tu cites est étonnante car elle percute 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.