BIENVEILLANCE,  EQUILIBRE,  ETHIQUE,  INSPIRATION,  NATUREL,  SIMPLICITE,  SPIRITUALITE

Est-ce une crise existentielle ?

Chère Harmonie,

 

Ne te sens-tu pas toute petite quand tu regardes le firmament ? Quand je regarde la lune et les étoiles par une nuit noire et sans nuage, je me demande la raison de mon existence. Petite fourmi insignifiante dans l’univers, pourquoi donc me retrouvé-je ici, sur Terre, dans ce corps ?

 

Est-ce que tous les êtres humains se posent ce genre de question ? Au moins une fois dans leur vie… Non ? Le mystère du pourquoi du comment de l’existence en engendre forcément une ribambelle d’autres :

  • Est-ce que nous avons un destin ?
  • Crois-tu que nous naissions avec une liste de tâches à faire avant de mourir ? Si oui, en a-t-on conscience ?
  • Si un destin existe alors, n’a-t-on aucun libre-arbitre ?
  • Ne puis-je pas échapper à cette destinée si elle ne me convient pas ?
  • Quel est mon destin, d’ailleurs ?
  • Ai-je une mission ?

Il est facile alors de se noyer dans un tourbillon d’angoisse et de finir en pleine crise existentielle. Est-ce pour cette raison que nous (en)fuyons ces questions ? Par peur d’obtenir les réponses ou par peur de ne pas les trouver ? Et en écrivant ceci, je perçois que cette crainte sur notre condition d’être nous pousse probablement à l’avoir ; mais je parlerais de cela dans une prochaine lettre…

Nous finissons donc – pour la plupart d’entre nous du moins et pendant un temps plus ou moins long – par poursuivre notre vie sans avoir répondu à ses interrogations légitimes. La société et notre besoin d’être accepté nous mènent souvent à suivre l’autoroute conformiste de notre époque et de notre situation sociale, environnementale… Le cerveau empli de choses plus « importantes » : faire des études, trouver un travail, avoir de l’argent, être en couple, s’occuper du quotidien…, nous en oublions de méditer sur ce qui compte. Maladie de notre époque ? De l’être humain ? Ou les deux ?

Occupés par toutes ces listes, angoisses, attentes, achats, nous ne nous pausons/posons jamais et cela nous évite de sombrer dans un abîme d’incertitudes (Jusqu’à une montée de Kundalini ? Je m’avance peut-être, je n’ai pas encore lu grand-chose à ce sujet). Et puis, à qui pourrions-nous poser ses questions et comment les formuler ? Certains, paraît-il, trouvent leur(s) solution(s) dans la religion, mais les cultes ont leurs travers et peuvent nous éloigner de notre vérité. Et il reste vrai que si ces incertitudes resurgissent seulement face au ciel étoilé – la pollution lumineuse se chargeant de rendre ses occasions de plus en plus rares – et que ne pas y répondre ne nous empêche pas de (sur)vivre, est-ce finalement un problème ?

Toutefois, peut-on réellement continuer notre chemin comme si de rien n’était, endormi par le quotidien et le rêve « américain ? » ? La vie ne se charge-t-elle pas de nous confronter ? Par une bifurcation après un virage plus ou moins difficile à négocier ou avec des obstacles sur notre route ? Par le moyen de transport et notre bagage pour l’effectuer (cf. cette vidéo à partir de 24min48). (Je ne parlerais pas ici, du fait que nous choisissons peut-être (ou peut-être pas) l’endroit et les gens avec qui l’on vit et que notre route et les obstacles nous les avons-nous-mêmes définis avant de venir sur Terre…  c’est un autre sujet)

Je crois que la vie ne cessera de nous aider à ouvrir les yeux sur notre raison d’être afin de nous permettre d’évoluer, de grandir et ce afin de nous retrouver, de TE trouver pour être en paix avec nous et l’univers. Notre libre-arbitre, lui, nous permet de saisir ces opportunités ou non, et lorsque nous sommes prêts à les comprendre, alors nous vivons un Déclic.

Et tout Éveil (je vous parlerais bientôt d’un livre nommé ainsi et pas par hasard !) commence par une prise de conscience, non ? Et quelle conséquence aura ce premier déclencheur ? Doit-on en avoir peur finalement ? Que peut-il donc nous arriver : nous poser les bonnes questions sur notre vie, notre quotidien, nos émotions ? Rencontrer les bonnes personnes ? Prendre une décision difficile qui changera notre Vision du Monde, de notre vie ? … Ou que sais-je ? Je ne fais qu’énumérer des possibilités, mais je n’ai pas la réponse. Le résultat ne peut être qu’une meilleure vision des possibles, non ?

Il existe pléthores de déclencheurs sur foules de sujets et chaque personne vit les siennes d’une façon différente et le but, le résultat ne sera jamais le même pour tous, même si la cause peut-être identique. La mort d’un être cher, par exemple, pourrait être la cause d’un électrochoc sur la façon dont on mène sa vie, mais selon nos individualités, deux personnes ne vivront pas un tel accident de la même façon. Deux jumeaux ayant vécu les mêmes événements dans les mêmes conditions ne sont pas pour autant identiques, pourquoi leur vie et par conséquent leurs déclics seraient, eux, semblables ? Nous n’avons pas tous le même but et mon chemin ne sera jamais le vôtre.

Ce qui est sûr, par contre, c’est qu’une fois le processus lancé, je crains qu’on ne puisse pas faire marche arrière : une prise de conscience en entraînera forcément d’autres… Comme une réaction en chaîne pour tendre vers la sérénité avec à la clef peut-être la possibilité d’entrevoir des réponses à nos questions existentielles ?

Grâce aux ornières ou aux bifurcations inattendues, je suis désormais plus consciente, et je ne peux pas être la seule. Je ne connais pas encore la raison de ma présence sur Terre, j’ai une vision de ma destination,n’est-ce pas Harmonie ?

Me suivrez-vous dans cet engrenage qu’est l’Éveil (spirituel mais pas que) ? Car telle est le but de ces lettres ouvertes, partager mes réflexions sur tout cela. Je sais que je ne suis pas seule sur ce chemin laborieux, alors racontez-moi votre premier déclic !

Ellega

PS : Mais Harmonie, dis-moi au moins une chose suis-je sur la bonne route ? Mes déclics me mènent-ils dans la bonne direction ? Est-ce que d’autres âmes en quête de sens nous attendent et nous suivent tout au long du chemin ?

PS2 : Pour aller plus loin je vous conseille cette vidéo de La Carologie.

PS3 (pas la console haha très drôle -_-) : J’utilise beaucoup la première personne du pluriel dans cette lettre, j’ai longuement hésité, je vous inclue ainsi dans mon raisonnement, c’est peut-être un tord, qu’en pensez-vous ? Vaut-il mieux que je parle de moi seulement ?

 

2 commentaires

  • Iléana

    Je crois que toutes les routes sont « bonnes », même celles qui nous mènent à ce que l’on qualifie d’erreur… !

    Très bel article en tout cas, qui fait bien écho aux périodes de questionnements que l’on peut traverser. Et finalement, n’y-t-il pas un petit brin d’Harmonie dans ces périodes ? Je suis persuadée que si, même si sur le coup, on ne s’en rend pas compte !

    • Ellega

      Oui, je suis d’accord, car le chemin continue ensuite ! Probablement que si pour l’Harmonie car ce sont ce genre de question qui nous permette de nous dire qu’il n’y en a pas assez dans nos vies quotidiennes ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.