BIENVEILLANCE,  EQUILIBRE / EQUITE,  ETHIQUE / PARTAGE

la contraception partie 4 – Et maintenant ? Mon avis

Chère Harmonie,

Je vais clôturer cette série de lettre sur la contraception aujourd’hui. Je voulais finir sur le : et maintenant ? Qu’est ce que je pense tout ça ? Je m’excuse d’avance pour le fouillis de cette lettre. Je n’ai pas envie de structurer mieux mes idées car je parle ici avec mes tripes.

Concernant le « et maintenant », je l’ai évoqué dans ma dernière lettre. Nous ne suivons plus vraiment les règles de la symptothermie. Suivre son cycle quand on espère avoir un enfant met beaucoup de pression et enlever une certaine forme de spontanéité et d’insouciance. Il est arrivé un moment où c’était trop pour moi !  Trop de pression pour moi de savoir quel rapport pouvait ou non être propice enfin bref… Je pense que vous avez saisi l’idée.

Je connais suffisamment mon corps maintenant pour savoir quand j’ovule à peu près et quand mes règles vont arriver et comme il n’y a plus l’enjeu de la contraception, il n’est pas nécessaire que nous en fassions davantage. L’avantage de la symptothermie, c’est qu’elle peut avoir à la fois une version contraception et une version conception. Nous avons basculé de l’un à l’autre, mais autant dans le cadre de la contraception cela était réconfortant, autant en conception, pour moi, pour nous, cela a été une source d’angoisse.

Nous n’utilisons donc plus cette méthode pour le moment. Peut être qu’un jour on en aura à nouveau besoin et c’est un grand soulagement de savoir que si cela arrive, il nous sera possible de le faire de manière naturelle.

Concernant la pilule, je sais que j’en ai dépeint une image peu valorisante. Ces aspects négatifs n’enlèvent rien à ses avantages. Elle a été un moyen pour les femmes, et l’est encore, de se libérer du joug des hommes et de s’émanciper. De pouvoir faire le choix conscient de devenir mère ou non sans avoir recours à des moyens extrêmes.

Pourtant, la pilule n’est pas infaillible (contrairement à ce que l’on nous laisse croire) et le droit à l’avortement est également un droit essentiel pour lequel nous devons nous battre. Il est vrai cependant que nous imaginons qu’avant l’invention de cette sacro-sainte pilule, nous ne savions rien, ce n’est pas le cas !

Pour étayer ce propos je vous propose cet extrait  du livre La Magie du Féminin (ma lecture du moment) :  » Les sages-femmes et faiseuses d’anges (appelés aussi sorcière) étaient déjà celles qui connaissaient les secrets des plantes contraceptives, abortives également, ces secrets de « bonne femme » comme on disait. Car il faut sortir de l’illusion que la contraception est née avec l’invention de la pilule contraceptive. Les femmes ont toujours (ou presque) eu les connaissance pour gérer la reproduction mais aux XVI et XVIIe siècles, l’Etat qui cherchait à se structurer finit par considérer que la richesse d’une nation se mesure au nombre de ses sujets : les utérus deviennent alors un territoire public, contrôlé par les hommes et mis sous tutelle de l’Etat, lequel punit de peine de mort l’avortement en même temps qu’il décriminalise le viol. A côté de cette logique impérialiste vient se greffer une autre logique, celle de la religion, qui poussait déjà depuis longtemps dans cette direction, faisant des plaisirs charnels un péché, rejetant le sexe et la femme du côté du diable. » Cette information remet ainsi en perspective le fait que la pilule est en fait un besoin créée par la criminalisation de celles qui avaient les connaissances pour gérer notre fertilité à savoir celle qu’on appelle les sorcières et qui furent brûlées pour cela (entre autres raisons).

Je crois que le féminisme aujourd’hui, ce n’est pas de se libérer du joug des hommes (du moins plus autant dans nos contrées dites développées) mais de partager cette responsabilité pour arriver à non une égalité mais une équité dans ce domaine là. Je dis bien équité car une égalité est impossible car bien sur, ça sera toujours la femme qui subira en premier lieu les conséquences. La charge mentale sur ce sujet doit être répartie de façon plus équitable.

Je pense creuser davantage le sujet de féminisme car cela me tient à cœur, mais je n’ai pas encore trouver le bon angle pour l’aborder, il faut encore que je mûrisse mon idée là-dessus, Harmonie. 

Je ne dis pas non plus que les méthodes naturelles doivent être les seules méthodes et je ne jette pas la pierre à celles/ceux qui choisissent la pilule ou autre implant. Nous avons le droit de faire ce que bon nous semblent de notre corps. Ce n’est pas parce que j’ai fait ce choix que je crois que c’est le bon choix. Non ! Chacune à son histoire et son ressenti des choses.

Je ne dis pas non plus que si j’avais eu connaissance de cette méthode plus tôt, je l’aurais utilisé. Peut être pas non.  Ce choix dépend de la confiance qu’on a en l’autre et de la propre confiance que l’on a envers soi-même. J’aimerais seulement que chaque femme ait la possibilité de choisir en toute connaissance de cause. Je souhaite qu’on est toute accès aux informations nécessaires pour faire un choix éclairé.

La symptothermie à l’immense avantage de nous permettre d’apprendre à connaître et apprivoiser notre corps. Avec la pilule, nous restons dans une ignorance quasi complète. C’est plus cet aspect des contraceptifs hormonaux que je dénonce, bien que la pollution et les risque de santé sont aussi là, ce n’est pas ce qui prévaut dans ce cas. Si la venue d’un enfant n’est pas envisageable. Si  nous ne nous sentons pas en capacité de nous lancer dans la découverte de notre fonctionnement (et toute raison est valable), il est tout à fait légitime de prendre une contraception hormonale pour être en paix avec soi.

En vérité, ce que je voudrais dénoncer plus tôt c’est cette société bien pensante (avec l’ombre de la religion) et ses médecins (esclave aussi sûrement de cette société et de ce qu’elle leur a inculqué). On nous infantilise en nous laissant dans l’ignorance du fonctionnement et des solutions qui s’offrent à nous. Il n’y en a pas de bonnes ou mauvaises, elles existent juste et on a le droit de les connaître et de se connaître.

Je dénonce aussi l’absence (même si on en voit quelque prémisses) de contraception pour homme. Comme je le disais, on voit bien que biologiquement parlant, il serait plus logique de contrôler la fertilité de l’homme qui est constante plutôt que la notre qui est périodique. Pourtant, le patriarcat semble encore une fois avoir frappé et beaucoup d’hommes ne conçoivent leur virilité que par cela. Je ne saurais leur jeter la pierre. Est-ce que je ne me sens pas moins même moins femme désormais ?

En tous les cas, l’accès à la contraception devrait être plus équitable. Cela soulagerait les femmes mais aussi les hommes. Ils peuvent aussi vouloir contrôler ces choses. Il faut bien deux personnes pour faire un bébé. Il en faut donc deux aussi pour décider de ne pas en avoir.

Merci, Harmonie, de m’avoir lu déblatérer sur ce sujet qui m’anime comme on peut le voir. Il me paraissait important d’évoquer ce sujet. Je l’admet la maternité et tous les thèmes qui s’en approchent me tracassent. Et ce depuis plus de deux ans maintenant. J’ai décidé d’assumer désormais cette intérêt qui tourne à l’obsession, justement pour cesser de tourner ces questions dans ma tête. Donc je l’annonce, les sujets en lien avec la maternité vont continuer à fleurir dans mes lettres. C’est un peu ma thérapie à moi. J’espère qu’elle pourra en aider certains et certaines. Les aider à retrouver le chemin de l’Harmonie sur ce thème pas simple.

Ellega

2 commentaires

  • Petit Patapouf

    Après ces 4 lettres sur la contraception, je tenais à te dire Merci. Merci pour aborder ce sujet sous cet angle. Merci de nous donner ton avis (que je trouve juste et que je partage). Bravo pour avoir osé te dévoiler de cette façon, pudique et en même temps publique. Quel courage !
    J’ai l’impression (et plus dans ces dernières lettres) de lire un peu comme un journal intime. C’est étrange mais même si j’adore le contenu j’ai du mal à le partager car je me sens un peu comme dans la confidence, et je ne m’autorise pas à en dévoiler les secrets. C’est stupide probablement, mais c’est ce que je ressent.

    J’ai hâte de lire la suite en tout cas, car ces sujets me passionnent (même si une grande partie des articles m’intéresse beaucoup, j’ai vraiment adoré ces 4 derniers !).

    Eni Luap 😉

    ps : je sais pas si j’oserai en parler avec toi ou si tu en as envie, mais j’en serais ravie.

    • Ellega

      Merci Eni Luap (j’ai mis du temps à comprendre ^^ petite cachottière avec cette adresse mail, je n’aurais pas deviné ) Tous ces compliments me font rougir ! Rien n’est jamais stupide, on ressent les choses comme les ressent, il n’y a pas de bonne ou mauvaise manière, jamais, juste la nôtre et c’est bien la seule qui compte ! Je crois en effet que ce blog devient parfois une sorte de thérapie ^^ et je me dis que mon approche peut aider d’autres personnes alors ça vaut le coup de se dévoiler même si c’est souvent difficile ! Le prochain article est compliqué et je ne sais pas si il sera assez abouti pour dimanche mais alerte spoiler, je crois que c’est un sujet qui t’intéressera aussi, on reste un peu dans la même veine, mais il sortira un jour c’est sûr ! On peut bien sûr en parler quand on sera prête toutes les deux, ce sont des sujets parfois délicats à aborder car intime et il y a cette peur d’être jugée d’une manière ou d’une autre mais je sais que je peux avoir confiance en toi 🙂 et j’espère que tu sais que tu peux en faire de même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.