ETHIQUE / PARTAGE,  INSPIRATION,  SIMPLICITE / NATUREL

Mariage – Date, lieu et invitation – Chapitre deux

Chère Harmonie,

Tu sais maintenant quel type de mariage on avait envie de célébrer. Mais il ne suffit pas d’avoir des idées, il faut aussi les mettre en application et donc les premières étapes étaient de trouver un lieu où célébrer puis une date où on pouvait louer ce lieu et enfin d’inviter nos familles et amis. Nous nous sommes donc mis en quête de tout ça.

Trouver un lieu de nature pour célébrer ?

Du lieu dépendait la date et tout le reste, donc on a commencé par ça. Comme on avait pas de date précise en tête, on était pas bloqué à ce niveau. On espérait soit septembre 2019 soit printemps 2020 en fonction de ce qu’on trouverait. C’est l’avantage de ne pas faire son mariage à l’église ou à la mairie le jour où on veut fêter !

Lors de notre recherche (sur internet puisque nous n’étions pas sur place), on a été confronté à nos premiers obstacles sur notre chemin vers le mariage idéal pour nous :

  • Les salles dans nos prix n’étaient pas assez grandes pour le nombre d’invités qu’on envisageait (à savoir entre 100 et 120 comme je l’explique un peu plus loin),
  • Notre envie d’être dans un cadre de nature et de pouvoir faire le maximum en extérieur si le temps le permettait.
  • Et ensuite, les prix qui sont gonflés dès qu’on parle de mariage (vous le voyez le prix affiché sur le site qui double quand vous envoyez un mail en expliquant que c’est pour votre mariage ?).

Au final, au milieu de tout ça, nous avons quand même réussi à retenir on a 3 lieux qui pouvaient convenir. Les photos et descriptions étaient prometteuses et correspondaient à notre recherche : des endroits de nature avec du charme avec possibilité de faire en extérieur et/ou en intérieur et un nombre intéressant de couchage pour qu’un maximum de nos invités puissent rester car on voulait passer 3 jours en famille. 3 jours, c’était le minimum qu’on espérait car nous voulions :

  • le vendredi pour tout préparer ensemble (je trouve important de faire participer les invités pour se mettre dans l’ambiance),
  • le samedi pour fêter et,
  • le dimanche pour récupérer tranquillement tous ensemble en rangeant 🙂 puis repartir tranquillement dans la journée du lundi.

On a donc visité ces lieux pendant nos vacances en van durant l’été 2018. Nous avons aussi vadrouiller en Auvergne et confirmer une nouvelle fois notre coup de cœur.

On a d’abord visité un endroit sympa mais il y avait un décalage entre les bâtiments (cuisine, lieu de réception, maison avec couchage…) d’époques et d’usage différents et on ne pouvait faire la soirée qu’en intérieur.

Le second endroit a été le bon. Un château rénové de façon moderne dans une plus belle commune de France sur un ancien volcan d’Auvergne. Le château de Bois Rigaud à Usson dans le puy de dôme. Si j’avais écrit cette lettre quelques semaines avant le mariage, je vous aurait brossé un portrait idyllique, ce n’est plus le cas aujourd’hui. On a toujours des surprises… Mais j’y reviendrais plus tard (je vous met des indices entre parenthèse). Bref, ça semblait être l’endroit de rêve :

  • Un endroit où on pouvait tout faire en extérieur (en fait non) sous une tente nomade,
  • avec au total 45 couchages sur place,
  • une grange rénovée pour faire en intérieur si le temps est mauvais
  • et surtout un parc magnifique avec piscine (sale),
  • un terrain plat en contrebas, sur lequel on pourrait faire une cérémonie laïque avec un magnifique chêne de 500 ans
  • Un tarif élevé mais correct au vue des prestations.
  • Un gestionnaire arrangeant qui à priori nous laissait gérer comme on le voulait (pas du tout et en plus irrespectueux, menteur et agressif).

La désillusion n’est arrivée que le jour de la remise des clefs… soit la veille du mariage (intéressant non?). Je ne conseillerais donc jamais ce lieu à qui que ce soit. Je reviendrais sur cet événement une prochaine fois car à ce stade de notre réflexion, on pensait avoir trouver l’endroit idéal et on a réservé à peine la visite terminée.

Ces photos ont été prises par le drone d’un ami et par moi. Elles ne sont pas libres de droit.

On a alors choisi la seule date qui leur restait. Le dernier week-end d’août ou le premier de septembre, ça dépend comment on le voit.

C’était décidé, on se marierait là, le 31 août 2019.

Maintenant que la date était fixée, il nous fallait prévenir nos invités, mais quels invités ?

Qui on invite ? C’est une très grande question ! Qui on a envie de voir à notre mariage ? Avec qui on veut partager ce beau moment ? Qui on peut inviter financièrement parlant ? Puis si j’invite cette personne, je suis obligée d’inviter celle-ci aussi… Et puis eux, ils s’entendent pas alors faut pas que ça dégénère, est-ce que c’est une bonne idée de les inviter du coup ? Mais j’aimerais vraiment qu’ils soient là !

Au final, c’est difficile et compliqué mais il y a des choses sur lesquelles je ne pouvais pas transiger. Notamment, sur le fait d’inviter toute ma famille. Et ma famille est grande. Plus celle de Sébastien, nous avions déjà environ 90 personnes.

Si nous rajoutions nos amis et collègues, nous étions à 150. Ce nombre n’étaient pas envisageables, on a donc enlevé des amis moins proches ou un peu perdus de vue avec le temps pour redescendre à 130 personnes. Mais c’était encore trop puisque le lieu ne permet d’accueillir que 120 personnes maximum (plus tard, la traiteur nous indiquait d’ailleurs que son max était 110 personnes).

On a décidé de viser les 100-110 personnes mais avec 90 personnes de la famille, il restait peu de place pour les amis.

On a donc choisi (avec le recul, c’était pas l’idée du siècle) d’inviter d’abord les 90 personnes de la famille. De voir qui vient ou pas et en fonction inviter des amis. Au final, on est tombé à entre 60 et 70 personnes de la famille, mais on a galéré à avoir certaines réponses donc 60/70, c’était en comptant les peut-être.

On a invité du coup les amis qu’on pouvait, mais encore une fois, on a galéré à avoir les réponses. Au final, on s’est retrouvé à 2 mois du mariage à n’être que 80 personnes. On a donc pu invité les quelques dizaines de gens qu’on avait dû mettre de côté par manque de place, mais il n’ont pas pu venir car on a prévenu trop tard. Quelques désistements plus tard, on a finalement été 75 personnes.

Gérer les invités, c’est carrément pas la partie la plus facile. Surtout que nous avions des difficultés en plus. En effet, il ne nous suffisait pas de savoir qui vient ou non, mais aussi qui dors sur place, qui prend un gîte, quand arrivent qui et qui mangent avec nous et pour quel repas ?

Clairement la gestion du nombre d’invité c’est la m**** ! Entre ceux qui ne répondent pas et ceux qui changent d’avis le jour même. On est pas aidé ! Et on se rend compte aussi des personnes pour qui on compte vraiment et les autres ! C’est parfois dur ! On a été surpris par certains… Mais ça permet de faire du tri dans sa famille comme dans ses amis !

Comment les prévenir ?

Une fois notre première liste établie, il fallait les prévenir. Alors, on s’est lancée de la réalisation des invitations.

Mais avant, vous vous demandez peut-être comment nous avons annoncé la bonne nouvelle à nos parents et témoins…

Annonce en times-up

Pour nos parents, nous avons attendu que les parents de mon chéri viennent passer des vacances chez nous. Nous avons profité d’un repas avec nos deux familles pour organiser un Times-up dans lequel durant le second tour, nous avons rajouté un petit papier dans le chapeau avec l’annonce. Nous avions plié ce papier différemment afin de ne pas le piocher nous même. Mais c’était sans compter le fait qu’il reste au fond. Il resta dans les deux derniers et j’étais la suivante sur la liste. Heureusement, mon chéri réussit à faire en sorte que mon beau-père le pioche avant moi.

Ce fut alors très drôle car il lut le mot et attrapa le suivant en disant « mais je peux pas faire devenir ça ! » Ma belle-mère voulut du coup lire le papier, et fondit en larmes suivi par ma maman tandis que nos papas disaient « C’est bien, mais c’est comme si vous êtes déjà mariés depuis le temps ». Bref, mon beau-père aime trop la compétition. Hahaha !

Les faire-part d’invitations

D’un point de vue écologique, on aurait pu choisir le mail. Mais j’avoue avoir quand même un certain attachement au papier, aux courriers postaux, ça a quelque chose de régressif et de « sacré ». Et l’annonce d’un mariage, c’est une belle annonce et personnellement les faire-part, j’aime bien les garder au moins une année après le mariage (même plus) comme souvenir.

Alors je me suis dit que ça serait cool de trouver quelque-chose qu’on puisse garder et qui serve ensuite à quelque chose. J’ai rapidement eu l’idée du marque-page. Car ça avait un rapport à mon goût pour l’écriture et la lecture (même si c’est moi le cas de mon chéri, on allait pas faire un ballon de basket comme faire-part ^^). Cette idée permet de donner une ligne directrice notre mariage à savoir l’écriture de notre histoire d’amour et le fait d’en marquer une page par un bel événement. Et franchement un marque page ça sert toujours, non ?

Pour faire ce marque-page, nous aurais aimé utilisé le magnifique papier du moulin richard de bas à Ambert. Nous avions visité cette papeterie à l’ancienne pendant nos vacances en Auvergne, mais c’était malheureusement hors budget. Nous avons donc choisi du papier recyclé et pour réaliser le marque page.

Pour le contenu du marque page, on voulait quelque chose d’unique et j’adorais les aquarelles de Wild Amanda. Nous lui avons donc demandé une illustration personnalisée. Le résultat est ci dessous :

On l’a un peu emmerdé à changer des couleurs, rajouter des choses mais elle a toujours été adorable ! Pareil pour le texte, on a fait plein d’essai ! Nos parents n’en pouvaient plus de lire nos versions.

Au final, le résultat était aussi beau qu’on l’espérait et j’ai rajouté ma touche personnelle en rajoutant des perles en pierre semi-précieuse et une plume (fil rouge du mariage 😉 ). Et pour envoyer le tout, on a choisi de faire nos propres enveloppes en papier ensemencé. Car au contraire du faire-part, on ne garde généralement pas l’enveloppe donc en papier ensemencé, ça permettait d’en faire un nouvel usage. On a choisi le papier chez growingpaper et on fait du pliage pour faire des enveloppes nous même car les toutes faites était trop onéreuse. Pour aller jusque dans le détail, on a collé avec une colle maison à base d’eau, de farine et de sucre.

A la réception
Au final, voilà le résultat 🙂 Le petit nœud en fil de lin permettait d’accrocher un petit papier avec les informations plus terre à terre comme nos coordonnées et les horaires… Informations pas très intéressantes à avoir sur le marque-page en lui-même !

Au final, ça nous a coûté environ 1,50 par faire-part tout confondu. Le marque-page, les perles, la breloque plume, la ficelle et le papier pour faire les enveloppes. J’ai mis un week-end à ajouter la ficelle et les perles pendant que mon chéri plier et coller les enveloppes.

Ensuite pour limiter les coûts encore, on a donné le maximum d’invitation en main-propre, plutôt que de l’envoyer par courrier postal 🙂

Je trouve le faire-part d’invitation hyper important car c’est le premier aperçu du mariage. Il donne une première idée de l’ambiance qu’on veut donner. J’espère que le nôtre montrait toute notre envie de douceur, d’amour, de bienveillance, de simplicité et de nature. Notre idée de ne pas faire des choses jetables ! Qu’en pensez-vous ?

Et toi, Harmonie, penses-tu que ce faire-part réponde à notre quête de sens ?

Ellega

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.