EQUILIBRE,  SIMPLICITE,  SPIRITUALITE

La méditation pour se libérer du mental

Chère Harmonie,

J’avoue tout. La petite voix de l’article ici me harcèle toujours, alors parlons de LA technique la plus connue pour la repérer et cesser de s’identifier à elle : j’ai nommé la méditation !

Je suis certaine que tu sais ce dont il s’agit, Harmonie. Cette technique venue d’Asie et représentée dans l’inconscient collectif par des moines tibétains en position du lotus a le vent en poupe depuis quelques années (du moins,  c’est mon impression).

Je n’avais jamais songé à la pratiquer.  En fait, je ne savais pas vraiment de quoi il s’agissait. Mes préjugés la décrivaient comme une pratique difficile dans laquelle on doit rester immobile à tout prix dans un but religieux. Je ne m’étais jamais posé plus de questions jusqu’aux vidéos de Raj de la chaîne Autodisciple ou celle qu’il a faite avec la Carologie.  Et comme toujours, quand une idée me plaît, je creuse, je creuse et puis ben j’essaye.

Et donc, me diras-tu ?

J’ai découvert que la méditation avait de nombreux bienfaits (sans entrer dans les détails, car il existe un tas de site qui explique ça mieux que moi) :

  • améliorer la capacité de concentration
  • réduire le stress et l’anxiété (par la réduction de cortisol)
  • améliorer le système immunitaire
  • diminuer les douleurs chroniques
  • améliorer la qualité du sommeil
  • réduire les ruminations anxieuse
  • augmenter la positivité
  • renforcer le bien-être
  • faciliter la gestion des émotions
  • réguler la tension artérielle
  • améliorer la fonction cardiaque

En somme que du positif et prouvé scientifique qui plus est. (Je ne renverrais pas vers des études à ce sujet, parce que concrètement, j’ai pas envie de fouiller le web à la recherche d’une étude fiable avec des chiffres et tout et tout. Puis pour moi, même s’il s’avérait que ça ne soit pas vrai, je sais que ça me fait du bien et c’est au final bien l’essentiel.)

Si je croyais que pour méditer, il fallait faire le vide dans son esprit, je me trompais. En réalité, la méditation n’est pas de ne pas penser, mais d’observer ses pensées.

Au final, la méditation est pour moi une non-activité. Il s’agit de s’asseoir (ou de se coucher, mais le risque de s’endormir est plus grand du coup) et d’être dans le moment présent sans jugement, juste en observateur. Mais encore ? me disais-je au début. On peut commencer par des vidéos de méditation guidée (on en trouve plein sur youtube et la série de vidéo d’Autodisciple est vraiment bien) qui nous donne des indications sur ce que l’on doit faire, se concentrer sur sa respiration ou visualiser des choses par exemple. Parce que bon savoir et attendre, ça paraît bizarre à première vue. On ne sait pas vraiment quoi faire.

Le fait est qu’il n’y a rien en réalité rien à faire précisément. Juste savoir et se concentrer sur les sensations sur son corps, sa respiration, une émotion ou n’importe quoi qui nous évite de penser à notre liste de choses à faire. L’objet de la concentration de départ dépend des types de méditations, mais je ne vous en dirais pas davantage, car je ne cherche pas à pratiquer une sorte de méditation, mais juste la mienne, donc je fais en fonction de ce que je ressens. Et bien sûr, au bout d’un moment, les pensées reviennent et c’est là que ça devient intéressant. Il s’agit de ne pas s’y accrocher et de ne pas laisser notre mental s’emballer dans des scénarios, dans le ressassement du passé ou les projections dans le futur.

Quand cela arrive, on ne se rend souvent pas compte immédiatement, mais quand on s’en rend compte, on peut se rendre compte que ces pensées ne sont pas nous et on peut alors revenir à notre respiration ou autre point de connexion au présent. Le but est surtout de ne pas se juger, simplement constater et s’en détacher.

Depuis que je la pratique, petit à petit, il me devient plus facile de se détacher des pensées. Je les repère aussi plus vite. Il m’est possible d’identifier des points bloquants dans ma vie, des pensées qui reviennent sans cesse. Parfois, je suis surpris par des pensées qui surgissent de nulle part et cela me donne des pistes à creuser. Des fois aussi, des idées surgissent d’un coup comme si on m’avait envoyé un message. La pensée s’impose à moi et me paraît juste, comme cela peut m’arriver en rêve également.

Au début, je pestais contre moi-même de ne pas arriver à rester concentré, mais la vidéo d’Esther m’a permis de déculpabiliser et comprendre que je n’avais pas de perfection à atteindre.

Après une méditation, je me sens plus calme, plus connectée au monde. Ce matin, j’ai pleuré à la fin de méditation que j’avais faite au milieu du bruit de la tondeuse et du souffleur de feuille, pleuré parce que je me sentais si mal pour la nature maltraitée par notre volonté d’avoir une nature à notre image, carrée et sans spontanéité. J’étais blessée par tant de souffrance occasionnée sans raison.

J’ai aussi cette idée étonnante que je n’avais jamais imaginé d’écrire des méditations guidées pour apporter douceur et guérison à la planète. L’avenir nous dira si je mets cette idée en oeuvre. Qu’en penses-tu Harmonie ? Est-ce mon chemin ?

Ellega

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.