EQUILIBRE / EQUITE,  SPIRITUALITE

Le mental – cette petite voix dans nos têtes

Chère Harmonie,

Je t’écris depuis quelques temps maintenant et je voudrais te parler de quelque chose ( ou de quelqu’un ? ).

J’imagine que beaucoup de personnes la connaisse… Cette petite voix qui commente chacune de tes actions et celles des autres aussi. Non, ça ne te dit rien ? Je suis la seule à avoir l’impression d’un bruit de fond en permanence dans ma tête ? Non, ne me prends pas pour une folle, je vais t’expliquer plus avant de quoi je cause.

Cette impression de voix vient simplement des pensées qui ne cessent de tourner dans nos têtes, en tout cas dans la mienne de tête. Je ne crois pas que je m’arrête une seule seconde de penser dans une journée. Quand je cuisine, je pense à la liste des courses, quand j’étends le linge, je constate que le sol n’est pas propre et que je devrais faire le ménage. Quand je vois une personne dans la rue, je note sa façon de s’habiller, je juge si cela lui va ou non, quand je renverse un verre, je m’insulte…

Bref, dans ma tête, il y a toujours une ou des voix qui font des remarques ou imaginent des scénarios catastrophes sur le futur, ou ressasse un événement passé désagréable voir douloureux, mais déjà on peut noter que j’ai pris conscience que cette voix n’est pas vraiment moi. J’alterne du je au elle, elle devient je quand je m’identifie à elle, sinon elle n’est que « la voix », un peu peut-être comme celle du diablotin ou de l’angelot (je ne sais, d’ailleurs, pas vraiment qui ils sont ces deux là mais passons…) que l’on peut voir représenter sur notre épaule dans certains cartoons.

(Mais si je ne suis pas mes pensées, qui suis-je donc ? vaste question que j’essayerais d’aborder prochainement, en tout cas « je pense donc je suis » est une vraie erreur, et j’ai longtemps pensé que j’étais mes pensées au détriment de mon corps comme je l’ai déjà évoqué et pire que cela me donnait de la valeur)

C’est cette voix qui, longtemps, m’a empêché de me mettre à t’écrire ses lettres ouvertes. C’est encore elle qui me dit en ce moment : « c’est stupide d’écrire des lettres à une entité qui n’existe pas, t’es complètement folle (tiens elle me dit « tu »? parfois oui, je crois), que personne d’autre que moi ne lira jamais ses mots, que de toute façon je ne sais même pas écrire et que mes idées ne se tiennent pas, que je mélange tout et que mon raisonnement est incompréhensible ». Elle fait d’ailleurs souvent irruption dans mes lettres, tu as sans doute dû la remarquer. Elle me dit toujours des choses méchantes ou décourageantes. C’est même ainsi qu’on peut la reconnaître.

Je vis avec elle depuis très longtemps, depuis toujours peut-être ? Je ne sais pas si elle est apparue à un certain âge, mais je pense que oui et puis elle grandit avec nous et devient de plus en plus forte… Je ne me suis rendue compte que cette petite voix n’était pas moi qu’il y a peu de temps. J’ai découvert cette notion grâce à des post instagram (que je ne retrouve plus, désolée), des vidéos comme celle-ci d’Ilia Renon ou des lectures comme L’Eveil, les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même ou encore le pouvoir du moment présent, mais surtout par les échanges qu’Iléana et moi avons eus sur le sujet, et les échanges avec ma sœur aussi (merci à elles deux).

Cette petite voix est ce que l’on appelle le mental. C’est une entité qui s’est crée à partir de nos croyances, valeurs, notre milieu familial, un peu le bagage dont parle Esther et que j’ai déjà évoqué dans une précédente lettre. Cette entité a pour but de nous permettre d’évoluer et de survivre dans ce monde fini, mais elle n’est qu’un outil pour l’attaque et la défense, elle collecte, entrepose et analyse de l’information et n’a aucune autre utilité et nous ne sommes pas des machines, pas vrai ?

Nous sommes plus que ça, bien plus qu’une machinerie complexe douée de pensée, notre essence est infinie et elle a donc besoin d’un outil (le mental) pour appréhender une vie dans un monde fini. Elle est une forme d’intelligence et elle peut nous permettre de nous dépasser, de faire mieux, de s’améliorer, mais elle peut aussi et le plus souvent nous bloquer en provoquant des réactions que nous ne comprenons pas forcément car issus d’événement passé (car le mental ne connaît que cela) dont parfois nous n’avons même pas ou plus connaissance car enfoui dans l’inconscient. Il faut donc apprendre à l‘utiliser et non pas à être dominer par elle et le « faux-moi » ou « petit moi » qu’elle a crée et qu’on nomme souvent l’ego.

Alors, je le redis : cette petite voix qui commente, qui juge, qui dénigre, nous dénigre, qui nous raconte des histoires, ce n’est pas nous ! Si on la laisse prendre le dessus : elle peut devenir un véritable bourreau dans nos têtes !

Il faut donc apprendre à se détacher d’elle et pour cela, il faut la reconnaître quand elle se manifeste car il y a aussi d’autres voix, celle de l’intuition par exemple. Le mental s’en distingue car il est toujours négatif. En ce moment, il me dit par exemple que personne ne comprendra rien à ce que je raconte. Il me dit donc quelque chose de négatif, l’intuition m’aurait plutôt (j’imagine) soufflée une idée pour mieux structurer mon argumentaire dans cette lettre, non c’est un jugement brut sur la qualité de ma production. Il ne donne pas de solutions mais critique. D’ailleurs, vous pouvez vous-même vous en rendre compte, quand vos pensées partent dans des scénarios catastrophes, vous pouvez respirer un grand coup … et l’écouter.

Je vous mets un extrait du pouvoir du moment présent pour vous expliquer davantage cette idée : « Prêtez attention aux schémas de pensée répétitifs, ces vieux disques qui jouent et rejouent les mêmes chansons : écoutez et observer le penseur, soyez-en le témoin, objectif, sans jugement, sans condamnation sinon cela veut dire que la voix est revenue par la porte de service. Cette prise de conscience que quelqu’un surveille, ce sens de votre propre présence n’est pas une pensée, elle trouve son origine au-delà du mental.  »

En avez-vous déjà fait l’expérience ? 

Comme le mental ne connaît que le passé (et le futur dans lequel il se projette en fonction du passé) et qu’il interprète tout en fonction de ce passé, il a crée le temps. Alors que tout ce qui existe, c’est le maintenant, n’est pas vrai ? Le passé n’est qu’un moment présent qui s’est terminé, et le futur, un autre moment présent qui n’est pas arrivé, mais la seule chose que vous avez, c’est maintenant, cet instant précis où vous lisait ces mots, c’est maintenant que vous pouvez décider à quoi vous voulez occuper ce moment, il n’existe rien d’autre en réalité. Je reprends ici les mots d’Eckhart Tolle encore une fois, pour vous donner une autre astuce pour se détacher du mental, soyez à ce que vous faites maintenant. Lorsque l’on est concentré sur une tâche et elle seule, la pensée s’arrête, il ne reste alors que nous…

Vous allez me dire, mais à quoi ça me sert de faire ça ? Tout simplement à ne plus vivre constamment dans la souffrance, car c’est le mental qui crée cette souffrance. Sa peur de cesser d’exister (donc de mourir) nous créée sans arrêt des émotions (réaction du corps au mental) comme l’anxiété, l’appréhension, la nervosité… et nous pousse aussi au drama, car quand on est en conflit avec quelqu’un, le mental se sent exister. N’avez-vous jamais ressenti ce plaisir pervers lorsque vous déclenchez une dispute ? Vous sentez en vous que vous pourriez choisir de ne pas la déclencher, mais il y a comme une pulsion qui vous y pousse, un sentiment de supériorité peut-être qui vous chuchote que vous avez raison et que vous ne pouvez pas laisser passer ça ! C’est encore le mental et sa vil création l’ego qui vous susurre à l’oreille.

Ca ne serait pas génial de pouvoir s’en affranchir pour expérimenter simplement l’Amour ? J’aurais tant à dire encore sur le sujet, mais je vous réecrirais alors tout le livre d’Eckhart Tolle, j’espère avoir réussi à vous expliquer ce que j’ai compris du mental et avoir vos avis sur le sujet. Il existe différentes techniques pour se libérer de celui-ci et aussi pleins de chose que je pourrais vous évoquer sur ces effets sur nous, mais je reviendrais sur ces sujets une autre fois, qu’en dites-vous ? 

Harmonie, crois-tu que je fasse des progrès ? Je crois que oui, car elle s’est tue un moment pendant que je t’écrivais… 🙂

Ellega

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.