BIENVEILLANCE,  MAGIE

Et si on mettait un peu de magie dans nos vies ?

Chère Harmonie,

Il me semble qu’il est temps de faire une pause dans cette série de sujets très sérieux, avant de reprendre la semaine prochaine (Ouh là là, mais qu’est ce que je te réserve encore, Harmonie ?). Dans cette lettre, j’ai envie d’aborder un thème un peu plus léger bien qu’étrange et important. J’ai choisi de la publier ce jour juste avant la nouvelle année, car cela me semblait approprié, mais tu verras pourquoi plus tard.

Le titre de cet article est plutôt évocateur, je pense, car oui, je vais te parler de magie. Oh, pas de la magie de la plupart des romans fantastiques. Il n’est pas question de pouvoirs surnaturels que seuls quelques élus possèdent. Non, je te parle de la magie qu’on a tous en nous.

Une magie, bien souvent, cachée ou oubliée au fond de nous et qui, pourtant, existe vraiment. Je t’assure que je ne deviens pas folle, Harmonie. Même si je sais que les gens risquent d’être plus choqués de m’entendre parler de magie que des sujets précédents comme le slow-bra ou la slow-épilation. Et ces sujets n’étaient pas pour autant simple à aborder, eux non plus.

Mais, mettons les choses dans leur contexte, ne pratiquons nous pas tous de la magie sans nous en rendre compte ? Ne jette-t-on pas du riz sur les futurs mariés pour leur souhaiter bonheur et prospérité ? Ne fait-on pas un vœu en soufflant les bougies de notre gâteau d’anniversaire ? N’avons-nous pas plus tendance à parier les vendredis 13 ? N’évitons-nous pas tous de passer sous une échelle ? Et j’en passe et des meilleures !

Ces traditions ancestrales nous viennent bien de quelque part, non ? Vous allez me dire oui d’arrière-arrières grands-parents superstitieux qui ne connaissaient rien aux sciences… Et si c’est plutôt nous qui n’avaient rien compris.

Pourquoi nous reste-t-il toutes ses fêtes qui étrangement correspondent  à des phénomènes astrologiques : halloween ou la toussaint au solstice d’automne, Noël au solstice d’hiver, Pâques à celui du printemps et la feu de la saint jean (plutôt la fête de la musique maintenant) pour celui d’été ? N’est-ce pas étrange que ces célébrations plutôt religieuses la plupart et/ou remise au goût de la modernité reprennent la date des fêtes paiënnes ? Pour n’en citer qu’une Samhain qui correspond à notre halloween ou toussaint ?

Ne peut-on pas imaginer que ces rituels aient réellement un sens ? Une sorte de pouvoir qu’on n’a juste oublié, mais pas totalement perdu (après tout, toutes les sorcières n’ont pas été brûlées, non ?) ? À quoi, alors, peuvent-ils servir ?

Pour moi, un rituel est une façon de poser des intentions. Chose que nous faisons tous, ou presque, naturellement sans savoir pourquoi au nouvel an, même si on les appelle, dans ce cas, les résolutions. Ne peut-on pas prendre des résolutions n’importe quand dans l’année ? Bien sûr que si ! Et pourtant, il n’empêche qu’à nouvel an, cela semble plus logique, plus fort, plus important voir même sacré oserais-je dire !

Tu me diras : oui, mais c’est juste parce qu’on démarre une nouvelle année, ça permet de reprendre sur de bonnes bases. Et puis c’est plus facile à les tenir que si on les fait n’importe quand. Ne sens-tu pas dans ces phrases, déjà, une forme de magie ? Comme si, à nouvel an, un portail s’ouvrait ? Comme si devant cette porte, nous pouvions laisser ce qui nous a gênés pour avancer cette dernière année. Et du même coup, qu’en franchissant le seuil nous pouvions emmener seulement ce qui nous tient à cœur, chargés pour la suite du chemin de nouveaux objectifs et gonflés d’une énergie nouvelle ?

Crois-tu vraiment que faire cela, même sans imaginer de porte, ne revient pas à faire de la magie ? Si à ce stade, j’ai réussi à semer un petit doute dans ton esprit, je te propose d’aller un peu plus loin. Désormais, tu te demandes sûrement, mais comment diable cela pourrait-il marcher ? Ce ne sont que des croyances de bonnes femmes.

Oui, de bonnes femmes, c’est sûr, de sorcière même, je dirais. Eh bien, je n’ai pas la réponse, mais des pistes. Tu connais sans doute la loi de l’attraction ? Eh bien, je crois que c’est l’idée. On pense et formule ce que l’on désire (par la parole, la visualisation, l’écrit, la danse ou quoi que ce soit d’autre) et cette idée se propage. On demande ce qu’on désire et on peut alors le recevoir. Ça fonctionne comme une prière ou un vœu en somme.

Tu penseras sans doute que cela relève d’une croyance. Tu pourrais alors rejeter mon idée. Mais non, cette magie dont je parle ne relève pas forcément de la foi, car si je te parle de psychologie positive, ça ne fait pas écho en toi ? N’est-ce pas exactement la même chose ?

Désormais, soit, je t’ai vraiment perdu ou alors j’ai définitivement attisé ta curiosité et tu te dis : et si j’essayais après tout ? Quel risque ?
C’est ce que je me suis dit aussi. Alors pour te permettre d’essayer, je te propose des petits rituels que tu pourrais faire (un pour plusieurs) pour le passage de la nouvelle année :

  • Faire une méditation où tu imaginerais par exemple passer ce fameux portail en laissant derrière toi les bagages que tu ne veux plus porter. Tu pourrais, de l’autre côté, ouvrir une boîte dans laquelle tu trouveras les outils qui te seront nécessaires pour cette nouvelle année (enregistrer une méditation ou en trouver une),
  • Écrire sur un papier ce que tu souhaite abandonner de cette année : les expériences douloureuses, les doutes, les peurs… puis brûler cette feuille,
  • Écrire ce que tu désires (mais au présent comme si ça se réalisait maintenant) : comme je suis forte, je trouve le travail qui me conviens… Et enterre-les quelque part qui te tient à cœur ou met les dans un bocal et rouvre le dans un an ou pas. Tu peux si tu es plus visuel, simplement formuler tes désirs et/ou les visualiser dans ta tête ou à voix haute.
  • Planter une graine en imaginant quel projet, il représente pour toi. Arrose-le et prend en soi pendant toute l’année qui va suivre.
  • Ou toutes choses qui te passeraient par la tête (dans la bienveillance, bien sûr).

Pour sacraliser plus ce moment, tu peux allumer une bougie, de l’encens ou autre. Tu peux écouter une musique paisible. Tu peux également boire une boisson qui te fait du bien et manger un aliment que tu apprécies particulièrement à la fin du rituel. Danser les yeux fermés sur une musique que tu adores est aussi une possibilité. Il n’y a pas de limites. Si tu ne sais pas, quoi demander,  ce que ou qui tu dois laisser ou comment formuler le désir cher à ton cœur, connecte toi à ton intuition. Elle sait toujours. Pour cela, tu peux te tirer les cartes (oracle ou tarot) ou utiliser un pendule. Plus simplement,  écouter ton corps, voir comment il réagit aux idées qui te traversent. 

Tu peux faire tout cela seul, en couple ou encore avec ta famille ou tes amis. C’est toi qui définis ton rituel, ce qui importe, c’est que tu le fasses avec le cœur et par le cœur.

Et si ça te fait juste du bien, c’est déjà magique, non ?

Ellega

 

ps : http://www.paranormal-info.fr/les-superstitions-et-croyances-en-france-a29.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.