BIENVEILLANCE,  INSPIRATION,  MAGIE,  SPIRITUALITE

Mariage – Cérémonie laïque – Chapitre six

Chère Harmonie,

Tu dois te dire que je ne vais jamais m’arrêter de te parler de mon mariage… En effet, c’est que j’en ai encore des choses à dire ! En même temps, on a mis un an à le préparer donc forcément… Et, puis j’avoue tout, j’adore vous en parler, parce que mon mariage c’est le plus beau de tous (Chevilles qui enflent…). 😉

Dans cette lettre, j’avais envie de parler plus avant de la fameuse, l’unique, la tant méconnue et tant attendue… Je parle bien sûr de la cérémonie laïque.

Allons-y !
Au bras de mon papa !

Qu’est ce que c’est ?

Pour vous définir ce dont il s’agit, je reprends les mots de nos officiants : une cérémonie laïque est une cérémonie ritualisée qui célèbre un mariage en dehors du cadre religieux. 

Pour entrer plus dans le détail, une cérémonie est ce qui accompagne les fêtes, un moment empli de solennité. Bref, une parenthèse solennelle.

Elle se passe en public et suit certaines formalités préétablies. Dans le cadre d’une cérémonie laïque de mariage, ces formalités sont notamment :

  • un échange de consentement,
  • et souvent (mais pas obligatoire) un rituel (à définir).

Le reste du déroulé de la cérémonie est totalement libre et c’est qui rend la magique. Chacune d’elle est forcément unique et à l’image des mariés. 

Pourquoi ?

Mais pourquoi faire un tel choix ? Je l’ai déjà évoqué dans cette lettre (cf. ici), mais on va en reparler.

Pour moi, il y a deux types de mariage :

  • le mariage légal
  • le mariage spirituel

À la mairie, on se marie de manière légale, civilement, on nous lit nos droits et devoirs d’époux, bref ces articles du code civil : 

« Article 212 : Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance. Article 213 : Les époux assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille. Ils pourvoient à l’éducation des enfants et préparent leur avenir… « 

On est d’accord que c’est froid, non ? Alors certes, on passe par là, mais il n’est nullement question d’amour. Or, la vraie raison d’être du mariage, c’est l’Amour, non ?

Il y a du coup l’église (mosquée ou autre synagogue), où on se marie devant et avec Dieu pour témoin. Si, on considère que Dieu est Amour alors oui, c’est plutôt ce choix qu’il convient de faire. Mais le Dieu que raconte les religieux n’est pas le dieu miséricordieux tant chanté à mon sens.

Alors soit on est profondément athée, on ne croit à rien à part aux lois des hommes et donc en effet le mariage civil suffit amplement. Soit on croit quand même à quelque chose de plus que ce monde matériel… On croit en quelque chose qui nous unit tous malgré nos différences et nos egos. Dans ce cas-là, se marier à la mairie peut sembler creux.

Peut-être que si nous nous étions mariés, il y a 20 ans, nous n’aurions pas pensé à ce genre de cérémonie ou peut-être que si… Comment savoir ? L’effet de « mode » joue sûrement aussi un peu, on ne va pas se mentir. Mais ça ressemble sans doute plus à d’anciennes cérémonies païennes comme chez les Druides, les Celtes… Je n’en sais rien. 

Ce qui est sûr, c’est que faire le choix d’une cérémonie laïque, c’est pouvoir la façonner à son image pour y exprimer ses valeurs et son amour de la manière qui nous convient. Et c’est aussi choisir la ou les personnes qui vous uniront devant vos familles et amis… Et on y vient tout de suite !

Les officiants

Pour le mariage civil, il y a un maire ou un adjoint au maire qui pose les questions et unit les mariés. À l’église, il y a le curé. Dans une cérémonie laïque, il y a donc un officiant (ou plusieurs). 

Le choix du maître de cérémonie est primordial. Comme à la mairie ou à l’église, un mauvais orateur pourra rendre ça au choix : extrêmement barbant voir triste, ou au contraire pas du tout solennel. Vous pouvez bien sûr trouver un officiant professionnel qui vous fera payer ça très cher. Mais je vous conseille de trouver un ou des proches. Certes, ça ne vous coûtera rien. Mais qui est mieux placer, pour parler de votre couple, qu’une personne chère à vos cœurs ? Personne ! En effet, elle voudra faire de son mieux pour que cela vous plaise. Surtout, elle et le fera avec tout son cœur et ça, ça n’a pas de prix. 

Vous pouvez lui laisser carte blanche ou tout préparer ensemble ou faire du moitié-moitié pour garder une part de surprise, c’est vous qui voyez !

La question de qui officiera pour notre mariage s’est longuement posée. J’ai rapidement imaginé (rêvé) la cérémonie que je souhaitais, mais c’était clairement trop perchée pour être réalisable. On a hésité aussi à ne pas tenter une cérémonie sans officiant où c’est nous, les mariés, qui prenions la parole de bout en bout pour être maître de notre union. Sauf que c’était bien trop compliqué et au fond, on savait qui on souhaitait, mais…   

Si tata Lolo lit ces mots, elle se dira sûrement ; « Ah la la quelle schneck ! Elle aurait attendu combien de temps pour nous demander si je n’avais pas proposé ? » Et elle a bien raison ! 

C’est donc ma tante Laurence et son mari Laurent qui ont été nos maîtres de cérémonie et ils étaient parfaits ! Ces deux personnes sont chères à mon coeur et maintenant à notre cœur depuis toujours. Laurence est la grande sœur (ou la petite maman) que je n’ai pas eue. Laurent est l’image que je me fais d’un parrain (Au sens spirituel du terme :)). Et oui, c’est à eux que nous avons pensé immédiatement comme maîtres de cérémonie. Mais il faut le dire, demander des choses, ce n’est pas mon fort. J’aime ni faire des annonces, ni demander quelque chose qui puisse gêner. Je ne voulais pas qu’ils se sentent obligés de dire oui. Heureusement, pour nous, Laurence a su capter les signes et me le proposer 🙂 Merci de savoir lire en moi comme dans un livre ouvert ! 

Alors oui, je n’ai qu’une chose à dire ! Choisissez avec votre cœur. Même si vous avez peur de les mettre mal à l’aise. Même s’ils n’aiment pas parler en public par exemple. Je suis sûre que pour vous, ils sauront dépasser cela ! 😉 

L’ambiance voulue

Ce qui est chouette, c’est que la cérémonie laïque permet aussi de donner l’ambiance qu’on souhaite à notre union. On peut au choix mettre beaucoup d’humour ou rester solennel, rester dans l’émotion, parler de l’histoire du couple ou non… On peut faire comme on veut !

Nous, on savait qu’on n’avait pas envie de retracer notre histoire. C’est la nôtre et on n’avait pas envie de la partager. Sans doute parce que beaucoup de la connaisse pas dans son entier-té. Probablement aussi que si on parlait de notre histoire, je n’aurais pas supporté de passer sous silence les événements douloureux (je parle bien sûr de nos bébés perdus.) pour ne pas plomber l’ambiance. Nous voulions donner une ambiance d’Harmonie et d’Union. Nous espérions montrer à travers cette cérémonie ce à quoi nous aspirons pour cette Vie et ce Monde. Mais cela dépend de tout à chacun, d’autres voudront tout centrer sur leur couple, d’autres encore sur l’humour ou tout autre… 

Les idées

Préparer une cérémonie est mine de rien un gros boulot. Il y a tout un tas de choses à réfléchir. Il y a bien sûr la décoration dont j’ai déjà parlé dans cet article. Pour rappel, on a choisi de faire les bancs et l’autel en botte de paille avec des draps blancs, des chandeliers en laitons, du lierres et des fleurs de champs, des pancartes en bois de palette et des attrapes-rêves. Mais il y a aussi tout ce qui concerne le déroulé à proprement parler.

Si nous avons choisi de laisser nos officiants gérer la présentation, l’échange des consentements et des alliances, nous avons préparé le reste.

Le temps de parole

Lors d’une cérémonie laïque, toutes les personnes peuvent prendre la parole ou du moins, il n’y a pas de règles. À la mairie, il n’y a pas de place pour cela. À l’église, les temps de parole sont en fait des lectures de texte et selon le curé, on n’a pas vraiment le choix et on reste sur des textes bibliques. Dans une cérémonie laïque, on peut dire ce qu’on veut, même faire ce que l’on veut et déjà ça, ça change tout. 

Certains mariés choisissent tout de même des textes à lire par certains membres de leur famille, c’est une façon aussi de créer une certaine ambiance et de les faire participer sans les jeter dans le grand bain. D’autres ne demandent qu’à certaines personnes de s’exprimer pour éviter les débordements peut-être…

Nous, nous avons choisi d’inviter toutes les personnes présentes à s’exprimer, par mail, plusieurs fois dans les semaines qui précédaient le mariage, si elles le souhaitaient et on a bien précisé qu’ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient : chanter, lire un poème, faire un discours, nous embrasser ou autre. On ne voulait limiter personne. Nous souhaitions que cela reste spontané. On les a invités à contacter nos officiants afin de conserver la surprise. Pour ce temps de parole, nous avions juste demandé à ce qu’il y ait un ballon de basket en guise de bâton de parole. 

Et au final des personnes se sont levées à l’invitation finale de laisser parler son cœur même sans préparation. Ce fut particulièrement touchant !

Les vœux

La dernière chose dont on s’est occupée et qui pourtant arrive assez rapidement tout de même dans la cérémonie, c’est bien ça ! Les vœux, c’est compliqué, surtout pour deux pudiques comme nous… Ça signifie exprimer ce qu’on a au plus profond de notre cœur, ces sentiments qu’on éprouve envers et contre tous à son amour devant une foule de gens. Ça signifie aussi arriver à les traduire tout simplement au-delà de les dire ensuite, il faut pouvoir les écrire. 

On se retrouve alors face à une grande difficulté. J’ai beau aimé écrire quand il s’agit de chose aussi profonde que mon amour, souvent les mots me manquent et je me trouve si maladroite. Mon chéri, c’est pire, il a carrément fait un blocage. Il n’a pas écrit un mot.

Alors, on a choisi de faire autrement. On a écrit nos vœux ensemble comme un dialogue, une conversation entre nous deux. Un texte qui parle de nous, de notre famille, de notre amour. Et comme je ne trouvais pas les mots, on a choisi de s’inspirer de GCM au départ pour se lancer…

Au final, ça nous ressemblait, moi qui écris, qui fait le lien entre nos deux univers et Sébastien qui me fait pleinement confiance… 🙂 Notre amour simple et sans fioritures ! 

Echange des consentements et alliances

Pour cette partie, je n’ai que peu de chose à dire, car ce n’est pas nous qui l’avons préparé. Je sais juste que ce n’était pas évident de trouver une formule qui ne disent pas « veux-tu prendre ? » dont la tournure, on le conviendra tous n’est pas heureuse ! Et je me contenterais de vous mettre quelques photos. 

Le rituel

Nous tenions à faire un rituel. Un rituel est une façon symbolique de se dire qu’on s’aime par une action commune. Ça permet d’inscrire cet amour dans la matière à mon sens. On a parfois du mal à trouver les mots, alors les gestes prennent le pas. 

Il existe de nombreux rituels. J’ai fini par laisser tomber et j’ai proposé à mon chéri, mon idée, certes pas original, mais qui je crois nous ressembler le plus. Je me suis vite perdue dans les possibilités et quand je croyais avoir une idée originale, je me rendais compte que quelqu’un l’avait déjà fait et ça me déplaisait grandement. J’ai fini par laisser tomber et j’ai proposé à mon chéri, mon idée, certes pas original, mais qui je crois nous ressembler le plus. 

Notre rituel

Planter un arbre, plus précisément un pommier dont le fruit, la pomme est symbole d’amour et de fécondité. Nous voulions donc trouver un pommier d’Auvergne et fabriquer un grand pot dans lequel on le planterait avec de la terre de chacun de nos invités. L’idée était que quand nous trouverions notre terrain en Auvergne que nous l’y replanterions.

Au final, nous n’avons pas pu faire cela. Si Benoît, notre producteur de jus de pomme, a pu nous fournir un pommier Comte d’Auvergne, mais deux mois avant le mariage, on a réalisé qu’il était trop grand. Impossible de faire un pot suffisamment grand, et même si on y arrivait, on ne pourrait pas le ramener vu le poids de terre et sa taille. 

Nous avons donc décidé que Benoît nous ramènerait tout de même l’Arbre, que nous lui donnerions un nom à l’aide de nos invités, qu’il se chargerait de nos énergies d’amour et repartirait avec lui pour rester dans son verger jusqu’à notre installation en Auvergne où nous le récupérerons.

Néanmoins, nous voulions tout de même planter quelque chose avec nos invités pour garder un souvenir de ce jour heureux. J’ai donc choisi des fleurs à planter et mon chéri a fabriqué un plus petit pot. Nous avons demandé à tous nos invités de ramener l’équivalent d’un pot à confiture de terre d’un endroit qui leur tient un cœur et nous avons fait de même (mais un peu plus d’un pot à confiture).

En plantant ce parterre de fleurs, nous voulions ainsi matérialiser notre union et l’amour qui nous unit tous. On aurait ainsi un souvenir vivant de notre mariage et de nos invités qui évolueront au fil de notre amour et qu’on arrosera d’amour, d’écoute et d’attention comme on le fait l’un avec l’autre. 

La symbolique du rituel pour nous

Ce que nous n’avons pas raconté à nos invités, c’est le choix des fleurs, alors je vous en fais la primeur : 

  • Tulipe : fleur du Bélier comme moi et de la date de naissance prévue bébé 1
  • Chèvrefeuille : fleurs du mois de conception de bébé 3 et bébé 1
  • Pied d’Alouette : fleur du mois d’envol de bébé 3 et bébé 1 et du Cancer comme Sébastien
  • Pavot : fleur du mois de naissance prévue de bébé 2
  • Aster : fleur du mois de naissance prévue de bébé 2
  • Chrysanthème : fleur du mois de conception de bébé 2
  • Violette : fleur du mois de naissance prévue de bébé 3
  • Muguet : fleur de la chance

Vous remarquerez que sur la photo, il manque la tulipe, nous avons eu un souci de livraison sur les fleurs et nous n’avons donc pas encore planté de Tulipe, mais ça viendra ! 

De même que le choix des fleurs, la décoration sur le pot parle aussi de tout cela. Je vous avez dit dans cet article que pour la cérémonie laïque, on a fabriqué un pot pour le rituel et aussi un pupitre. J’ai décoré le pupitre avec des feuilles et fleurs de lierre au Posca, mais sur le pot, j’ai personnalisé davantage. 

En effet, j’ai écrit tout autour une citation du petit prince que j’ai lu et relu plusieurs fois lors de ma dernière fausse-couche. Et j’ai voulu mettre en avant de façon encore une fois invisible pour les gens qui ne sont pas au courant nos trois bébés envolés. C’est pourquoi sur chaque face, on retrouve trois dessins. 

  • trois plumes uniques chacune,
  • trois étoiles (filantes) uniques également,
  • trois fleurs (une violette, une tulipe et un pavot) et;
  • trois flocons uniques.

Ce sont nos trois plumes qui se sont envolées. Nos trois-étoiles qui ont filé dans nos vies et sont retournés à la source de l’univers. Nos trois fleurs qui ne se sont pas épanouies sur terre et nos trois flocons qu’on a pu observer juste un instant sur nos paumes avant qu’ils ne disparaissent…  

Une méditation

La chose que je tenais à faire pendant notre cérémonie, c’était bien ça ! Une méditation ! La découverte de cette pratique a changé beaucoup de choses dans ma vie. Même si je ne la pratique pas assez, je suis convaincue de ses bienfaits. J’avais donc envie pendant notre mariage d’y initier nos invités (pour ceux qui n’en n’ont jamais fait).

Je trouvais que c’était une belle façon de « remplacer » la prière universelle qu’on fait à l’Église.Je trouvais que c’était une belle façon de « remplacer » la prière universelle qu’on fait à l’Églises. Et si je n’adhère pas à beaucoup de choses de cette religion, il y a certaines choses que j’aime aussi. La prière universelle en est une, car même si je n’aime pas forcément le texte, j’aime le fait de se prendre par la main et de quelques instants penser tous à la même chose. J’avais envie à l’aide d’une méditation de recréer cette ambiance de communion et de paix. 

J’ai donc enregistré moi-même une méditation sur le thème de l’amour et de la connexion au monde. Je ne vais pas mentir, j’ai galéré, mais j’ai fini par accepter que ça ne serait jamais parfait et je vais oser vous la partager ici. Je m’excuse pour les gong un peu trop fort.

Le choix des musiques

La partie la plus casse-tête, c’est en aucun doute, le choix des musiques. Je suis nulle à ça. Je retiens aucun titre, aucun nom alors ça devient vite insupportable et ça m’énerve. Et , puis y a mon côté perfectionniste, il fallait que les chansons soient à la fois : 

  • belles
  • joyeuses
  • dans le thème de l’amour
  • que les paroles conviennent
  • qu’ils y ait un beau message
  • qu’elles soient une référence à quelque chose qui compte pour nous
  • et qu’elles soient placées au moment opportun.

À ce micmac, tu ajoutes le fait que mon chéri et moi on avait pas envie de s’en occuper en même temps. Ça a finit par un choix unilatéral des chansons parce qu’il me disait « oui oui » à tout sans écouter. Et finalement, un changement à l’arrache 10 jours avant le mariage (parce qu’elles sont nulles ces chansons). Des morceaux que j’avais mis des heures à trouver sont donc passés à la trappe. Vous la sentez encore la rancœur ? haha ! 

Mais au final, c’était super !

Le déroulé

Bon allez, j’hésitais, mais j’ai finalement décidé de vous mettre le déroulé avec la liste des musiques. Peut-être que cela vous inspirera !

Alors, tu en penses quoi, Harmonie ?

J’hésite à vous mettre aussi les textes, mais je crois qu’on va quand même garder cela pour nous, non ?

Les rebondissements et comment on a dribblé avec les événements…

Bien sûr, on a imaginé beaucoup de choses pour cette cérémonie. C’était le moment important, le point d’orgue, de notre mariage et il a été plus qu’à la hauteur de nos espérances. Mais bien sûr tout ne s’est pas passé comme on l’avait prévu, mais c’était encore mieux comme ça !

Dans ce moment, il faut laisser place à la spontanéité et j’avoue que cette fois-là, pour moi, ça a été facile. On s’est laissé porté. On a beaucoup pleuré. Dès qu’on s’est installé devant nos proches, en réalité et je n’ai pas arrêté. On a eu des discours merveilleux et spontanées. Des personnes qui se sont levées et on parlait sans préparation dans le moment. Une chanson (la fameuse chanson rituelle de ma famille ) qui nous a fait frissonné. Je ne pourrais pas tout vous raconter, mais c’était beau, c’était magique.  Et j’ai surtout beaucoup beaucoup pleuré !

On a été surpris pendant le rituel que nos invités en profitent au moment de déposer la terre pour nous féliciter. Ce fut si fluide, si normal, si simple, la magie du moment. On voulait aussi faire une farandole pour retourner au buffet, mais nous n’avons pas réussi à le préparer et au final, nous n’aurions pas réussi à le faire.

Bref, si vous hésitiez à faire une cérémonie laïque, ne doutez pas, ça serait merveilleux. N’est-ce pas Harmonie ?

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.