INSPIRATION,  MAGIE,  SPIRITUALITE

L’intuition – et si tu écoutais plutôt ton cœur ?

Chère Harmonie,

J’ai beaucoup aimé te parler de magie pour le nouvel an. Si j’avais déjà abordé une thématique proche en évoquant les oracles, j’étais restée assez factuelle, je crois. Aujourd’hui, j’ai envie d’entrer plus profondément dans ce sujet de « sorcière », je pense d’ailleurs consacrer une lettre aux sorcières plus tard, car ce mot me touche profondément.

Quand je te présentais les oracles, je te disais que c’était une façon de s’aider dans la vie, une façon de distinguer la voix de l’intuition de celle du mental. Ce fameux dilemme du cœur ou de la raison. Je ne sais pas pour toi, mais il m’est difficile de distinguer l’un de l’autre. Mais je crois réellement à ce 6e sens qu’on aurait et qui nous permettrait de savoir nous orienter dans la vie, ou de « sentir » des choses.

Ne t’est-il jamais arrivé de penser à quelqu’un que tu n’as pas vu depuis longtemps et de le croiser dans les jours suivants ? N’as-tu jamais anticipé l’annonce de quelqu’un sur un sujet quelconque ? Ne sens-tu pas parfois un malaise, une tristesse alors que personne ne t’a rien dit ? Il y a plein de situations, auquel on ne prête pas forcément attention, où cette intuition opère.

Ne trouves-tu pas étrange que parfois quand tu t’intéresses à quelque chose que subitement, tu en entendes parler partout ? Comme si on t’envoyait un drôle de signe. Il y a aussi les fois où tu ressens de l’angoisse, de la peur ou autre chose sans raison apparente et qu’il apparaît par la suite que la situation en question devient déplaisante, non ?

Pour moi, toutes ses choses-là sont de l’intuition. Une faculté semble-t’il magique, mais qui est en réalité à la portée de tous. La difficulté réside dans le fait qu’elle peut se confondre avec le mental et qu’on a tendance à l’étouffer préférant des raisons logiques (car plus rassurantes) de prendre des décisions. Elle agit pourtant comme un muscle qu’il suffit de travailler pour se rendre compte, dans un premier temps, de son existence puis pour le développer et le rendre plus performant.

Les orientaux parlent de 3ème œil. Il situe cette zone entre les deux sourcils et seraient le siège de l’intuition. Ils identifient ainsi la zone qui permet de « voir » des choses imperceptibles sinon. Il s’agit pour eux d’un des chakras, à savoir un des centres énergétiques du corps. Pour être exacte, c’est le 6ème chakra. Il serait responsable du traitement de toutes les informations et ressentis sensoriels*: pratique pour parvenir à des conclusions étonnantes et pas forcément évidente d’un premier abord, non ?

Comment peut-on le travailler alors ? En utilisant diverses techniques (qualifiées d’occultes ou d’ésotérique, je crois) comme le tirage de carte. Avec les oracles d’abord, puis avec le Tarot (prochaine lettre). Ou encore, en se servant d’un pendule. Par la méditation. Et plus simplement et sans aucun outil, par l’écoute à la fois de son corps (contrairement à ce que j’ai dit ici), de ses pensées (celles subites qui sortent de nulle part sans lien apparent avec le reste de nos pensées), et de ses ressentis physiques et non-physiques.

Pour ceux qui sont tentés par les méthodes sur les chakras, la lecture, noter ses rêves, se promener la nuit sous les étoiles, utiliser la couleur bleu foncée, des pierres comme l’azurite ou la fluorite violette ou encore les huiles essentielles telles que le lemongrass ou la marjolaine permettent de stimuler le chakra du 3ème oeil. *

Mais revenons un instant au corps. Tu sais ce véhicule de l’incarnation que tu mal-traites (comme moi) souvent reste pourtant le seul capable de traduire tout ce que tu ressens, vis, fais l’expérience en réalité concrète. A travers lui, on connaît les choses plus authentiquement que par le biais du mental. En occident, nous sommes compartimentés, entre esprit et corps. Le mental veut dicter sa loi au corps. Il t’est donc plus difficile d’avoir de l’intuition, déconnectés que tu es des messages que ton corps t’envoie, aux travers des symptômes physiques tels que les douleurs, les émotions… **

L’intuition seront donc un phénomène non conscientisé, non verbalisé qui passent par le corps et les sens. Lorsque tu agis par intuition, tu peux te fier à ce que tu ressens dans notre corps : tension ou relâchement, peur ou enthousiasme. Tu entends ainsi ce que veut te dire ton corps. Oui ou Non. Le mot « intuition » vient du latin intueri et peut être traduit par « regarder à l’intérieur » ou « contempler ». Elle serait un mode de connaissance immédiat qui ne passe pas par la raison. Ce mode se distingue de l’instinct et de la raison. L’intuition serait une forme d’intelligence inconsciente. Une sorte d’antenne branchée à tous un tas de données dont tu n’as pas conscience. Fais-lui confiance, ton corps sait ! **

Je sais que cela paraît vraiment saugrenu, mais je t’assure, Harmonie, que je constate la différence, alors que cela fait un peu plus d’un an que je tente de développer ce sens. Je n’ai rien de tangible à te dire pour te montrer que cette intuition fonctionne. Parce que oui, il y a eu des ratés. J’étais persuadée de quelque chose qui ne s’est pas produit… C’est comme quand on s’entraîne à chanter, ça arrive quand même de sortir de fausses notes. En l’occurrence, c’est pareil, car parfois, on laisse le mental reprendre le dessus et ce n’est plus l’intuition qui parle, mais lui et il nous induit en erreur.

J’ai quand même quelques anecdotes, à prendre ou à laisser comme on le souhaite.

Concernant la première, elle fait écho au PS de cette lettre : j’ai sans aucun doute tout confondu dans le choix dont il était question. C’était l’acceptation d’un job. Un job que je n’ai eu aucun mal à maîtriser, mais dans une ambiance affreuse. J’avais mal au ventre tous les matins en y allant. Mais c’est là que ça permet de relativiser. Je ne suis pas morte en me trompant, mais mon intuition savait que ce n’était pas une bonne idée et elle a essayé de me le dire par mon corps qui se sentait si mal. Je ne l’ai pas écouté, mais je m’en suis sortie.

La seconde anecdote est toute bête : la certitude de quelque chose. Une amie a passé un concours. Concours que j’ai loupé de mon côté à deux reprises et donc dont je connais la difficulté et la concurrence. Pourtant, je n’ai jamais douté, ne serait-ce qu’une seconde qu’elle l’aurait. (vous allez me dire que c’est normal, on espère toujours qu’une amie réussira ce qu’elle entreprend, mais je ne parle pas d’espoir, mais de certitude.) Le jour où elle a su qu’elle l’avait obtenue, environ à l’heure où elle l’a appris, je pensais justement à elle et au fait qu’il n’y avait aucune raison qu’elle s’angoisse car elle serait lauréate.

Ma dernière anecdote est plus étrange et je n’ai à l’heure actuelle pas d’explication à tout, mais je vous la livre tout de même : j’ai eu récemment un flash. Je ne saurais pas dire si c’était un son ou non. C’est comme un son qui prend ensuite une forme visuelle par des lettres lumineuses. J’ai entendu, lu ou senti le nom JULIE ou JULIA. J’ai d’abord pensé que ça pourrait être de le prénom de la petite fille à naître d’une amie.

Le lendemain de cette « vision », je reçus un SMS où on me demandait quand je viendrais pour le rendez-vous de ma fille Giulia. Je n’ai aucune fille et donc encore moins une qui s’appelle Giulia. Malgré ce signe évident, je m’obstinais à penser que Giulia devait être le nom de ce bébé à naître.

J’y pensais en faisant du vélo et là, je remarquai un dessin d’une cigogne portant un balluchon (la cigogne qui apporte les bébés) qui n’était pas là auparavant (c’est sur un chemin que je prends régulièrement.). Or, j’avais demandé à l’univers, mes guides… Ou que sais-je, de voir une cigogne, le jour où un bébé arriverait pour nous.

Tout de suite, je me suis dit, non, ce n’est pas un bébé pour moi, je ne peux pas être enceinte, je viens d’avoir mes règles. C’est impossible, c’est ce putain de mental. Donc je persistai sur l’idée du prénom de cette petite fille. Je me dis donc que l’amie en question devait être en train d’accoucher. Après vérification, ce n’était pas le cas.

J’étais extrêmement déçue ! Encore une fois, mon intuition n’avait pas fonctionné, alors que vraiment, j’y croyais. Perdue, je décidai d’utiliser mon pendule. Je l’ai donc sorti et lui demandai clairement : est-ce que le bébé de cette amie va s’appeler Giulia ? La réponse fut immédiate et non !

Contrariée, je ferme les yeux et respire à fond dans l’intention d’avoir un indice sur le prénom de ce bébé. À cet instant, j’entendis ou vis le son « A ». Je réfléchis à un prénom commençant par A et le premier qui me vint alors fut Anaïs. Je demandai alors au pendule si l’enfant s’appellera Anaïs. Il me répond oui, mais d’une façon un peu moins franche. J’en avais un peu assez alors je n’ai pas poursuivi pour m’assurer de la réponse.

Le bébé est finalement né et elle s’appelle Anna. Vous me direz que j’ai eu tout faux. Si on veut, mais il faut voir aussi que je n’étais pas si loin. Anna et Anaïs sont des prénoms proches. Et Anaïs est venue de mon mental, pas le A.

Pour ce qui est de Giulia, seule l’avenir nous le dira, et même si mon mental refuse d’y croire, je pense que tous les signes sont là ! Surtout que depuis en l’espace de quelques jours, j’ai vu ce prénom écrit sur pas moins de 3 supports différents. Reste à savoir concrètement à quoi cela correspond.

Alors, non, je n’ai toujours pas de méthode miracle pour se laisser guider par son intuition, mais j’avais envie de te partager cela, Harmonie. J’ai envie de te montrer qu’écouter son cœur (autre façon de parler de ce don précieux) ne peut que nous apporter du bon et de la magie en même temps. Qui ne rêve pas d’avoir un peu de magie dans sa vie ?

Ellega

*les informations sur les chakras viennent du livre Le grand guide de la médecine énergétique du Dr Li WU et Natalie Lauer

**Chapitre 9, âme de sorcière ou la magie du féminin de Odile Chabrillac

2 commentaires

  • Eni Luap

    Salut !

    Merci pour cet article (cœur avec les doigts =D)

    Je sais pas si tu en as déjà parlé sous une autre forme, mais ton article me fait penser à un parallèle assez fort entre l’intuition et les signes. Les signes extérieurs, les coïncidences, qui t’envoient un message s’en même t’en rendre compte, et qu’il serait parfois utile d’étudier.
    J’en ai eu personnellement plusieurs dans ma vie, sauf que je m’en rends compte a postériori et c’est dommage. Exemple le plus flagrant : Les portes. Lorsque je vivais chez mes parents dans une maison, nous avons eu une série de problèmes de porte. Les unes ne s’ouvraient plus tandis que d’autres ne se fermaient plus. Que ce soit porte d’entrée, de voiture, la petite porte de derrière, parfois même celle du frigo.
    Peu de temps après, nous nous sommes fait cambrioler alors que nous étions dans la maison la nuit.
    Après le tumulte passé, nous avons analysé avec ma mère que tous ces problèmes de porte étaient une alerte pour nous « attention ! protégez vous ! » (et ensuite pendant quelques mois je me suis réveillé toutes les nuits vers 4h12 l’heure à laquelle ma mère a crié pour faire fuir les voleurs)

    Depuis je suis vachement attentive à ce genre de signe et essaye de les interpréter du mieux possible (en général à partir de 2 ou 3 coïncidence, sinon on devient parano). C’est pas toujours simple sans recul, mais on va dire que j’essaye.

    « Si ça se fait pas maintenant c’est que ça devait pas se faire »

    Sinon pour ta troisième intuition, je pense que c’est pas fini. Quand tu ne l’aura pas en tête (mental) je pense qu’elle reviendra. Et puis, les dénis de grossesse existent aussi et c’est justement quand « c’est impossible » que ça arrive. Je ne te le souhaite pas évidemment (quoi que… ^^).
    Après tu peux aussi relativiser (mental entre en action) en te disant que des cigognes, dans ta région, y’a plus de chance d’en voir dessiné sur les murs que dans d’autres 🙂 Mais plus sérieusement, il y a pas mal de « signes » ça veut forcément dire quelque chose, mais tu le saura peut être plus tard.

    Et pour le prénom, je sais pas si ça peut aider mais on fête les Jules (et les prénoms dérivant de) le 12 Avril, qui est une période symbolique pour toi aussi.

    Et pour finir en beauté : Guilia c’est le nom d’une voiture de la Marque Alfa Romeo. Je sais pas si ça correspond à quelque chose chez toi 😉

    Bisous !!

    • Ellega

      Coucou,
      Ah oui, cette histoire de porte… ça fout presque la trouille enfait ! Mais c’était clairement un signe, oui ! J’ai toujours pas de réponse concernant ce prénom, mais j’avais rapidement fait le lien avec la voiture, et je m’étais dit : « non mais jamais j’appellerais mon enfant avec un nom de voiture » :/ Ce qui est difficile aussi c’est que dans ces cas-là, on finit par voir des signes partout et ça devient n’importe quoi ! Guilia, c’est peut-être tout simplement le prénom de quelqu’un que je vais rencontrer, un jour peut-être ! Le lâcher prise, c’est ça qui est compliqué. Ne pas s’accrocher et se dire comme tu l’as écrit que ça viendra quand ça sera le bon moment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.